Vous pensez à la reconversion professionnelle ?

Photo d'illustration
25 septembre 2020
Vos collègues vous demandent si vous connaissez le mot “sourire”. Même votre chat vous trouve aigri. On ne voit presque plus la photo de votre patron sur votre jeu de fléchettes… En effet, il est peut-être temps d’envisager une reconversion professionnelle.

La reconversion professionnelle, c’est quoi exactement ?

La reconversion professionnelle, c’est choisir le changement, tout simplement. Mais dans la pratique, c’est plus compliqué.

Certains la voient comme un saut vers l’inconnu. Et sauter sans savoir ce qu’il va se passer, cela peut en freiner plus d’un. Comme se demander si on est assez équipé ou encore si on ne va pas le regretter…

En résumé, vous avez peur de vous lancer et on vous comprend. Changer de métier, ce n’est pas comme changer de t-shirt, on n’est pas censé le faire tous les jours. Une vie professionnelle n’a pas la même durée de vie qu’un t-shirt et il n’y a pas une odeur ou une routine qui nous impose ce changement, il faut donc le comprendre autrement…

Si vous attendez le bon moment pour entamer votre projet de reconversion, sachez qu’il n’arrivera jamais. Vous ne serez jamais totalement prêt à changer de voie, ce ne sera jamais le bon moment professionnellement ou personnellement. Et puis, le risque zéro n’existe pas.

Sauter, c’est prendre le risque de tomber. Mais heureusement, il y a des étapes à respecter, des risques à évaluer, des moyens de choisir le trajet et la destination. Il faut bien s’équiper et surtout savoir comment se lancer pour ne pas tomber, mais plutôt décoller.

Avant de sauter, la première question à se poser est…

Pourquoi envisager un changement de carrière ?

Pour quelles raisons faire une reconversion pro ? C’est l’heure de vous ausculter. 🏥

Si l’introduction vous a fait penser à la personne se trouvant en face de votre miroir, c’est un début de remise en question, bravo !

👩‍⚕️ Il y a plusieurs symptômes possibles :

  • Le stress au travail.
  • La lassitude dans vos missions et tâches professionnelles.
  • Le mal-être dans votre environnement professionnel.
  • Le manque de perspective future.
  • L’absence de motivation.
  • Le salaire comme unique motivation.
  • Le burn-out : l’épuisement professionnel.
  • Le bore-out : l’ennui profond.
  • Le manque de reconnaissance.
  • L’envie de réaliser un rêve : l’attrait pour un loisir, une passion qui pourrait devenir un métier et vous ne le saviez peut-être même pas encore…

Maintenant que vous avez pointé le problème du doigt, notre petit doigt nous dit que vous aimeriez qu’un autre vous montre la direction : c’est par là 👇 !

La direction à prendre.

Pour valider votre décision de reconversion, il y a plusieurs directions. Oubliez votre vieille carte routière, n’écoutez pas non plus la voix de votre GPS qui vous dit : “faites demi-tour dès que possible”.

Tout dépend de votre situation :

  1. Faire le poing 👊 : si vous ressentez le besoin de faire le point sur votre parcours, vos aptitudes et motivations, le bilan de compétences est un bon moyen de définir un projet professionnel réaliste. Cela vous assure que votre projet répond bien à vos attentes ainsi qu’aux exigences du marché. Vous pouvez également faire appel à un CEP, un conseiller en évolution professionnelle. Que vous soyez salarié, indépendant ou demandeur d’emploi, vous pouvez en bénéficier gratuitement. Il pourra vous aiguiller vers un centre pour effectuer votre bilan et faire valider votre projet. Pôle emploi propose également Activ’projet. Il existe plusieurs moyens de faire valider votre projet professionnel, le tout est de trouver celui qui vous convient le mieux.
  2. Les formations gratuites, jeux & tests : si vous êtes plutôt attiré par le côté ludique et interactif des choses, il existe des “serious games” ou “jeux sérieux” si vous préférez. Les mécanismes et le principe du jeu vidéo sont utilisés à des fins sérieuses. Vous pouvez faire des simulations de métiers derrière votre ordinateur ou votre téléphone. Il en existe sur différents métiers. On peut également trouver des quiz et des tests d’orientation en ligne, certains se font avec un conseiller et d’autres en autonomie. Vous pouvez également vous renseigner pour faire de courtes formations gratuites afin de découvrir le métier qui vous intéresse sans avoir peur de vous tromper. Ce qui vous permettra, ensuite, d’investir dans une formation plus approfondie qui répondra parfaitement à toutes vos attentes. Ces méthodes peuvent être un début d’approche vers le métier que vous convoitez.
  3. Le stage découverte : Si vous désirez vous familiariser avec votre futur quotidien, le stage découverte est le moyen de vous frotter rapidement à la réalité du métier. C’est également l’opportunité de vous faire connaître par un futur employeur et discuter avec des collègues pour découvrir la réalité du terrain. Pôle emploi propose des conventions pour des stages d’immersion. En plus de la découverte, ce stage aura du poids dans votre demande de financement pour votre formation à venir. C’est une preuve de motivation, d’intérêt réel pour le métier et de connaissance de celui-ci.
  4. L’école de la deuxième chance : Si vous êtes en situation de décrochage scolaire et que vous avez entre 18 et 25 ans, l’école de la deuxième chance propose de vous former autrement pour réussir. C’est l’histoire de l’un de nos anciens étudiants : Jean.

Finalement c’est en faisant ces boulots alimentaires qui ne me plaisaient pas que j’ai compris l’importance d’avoir un métier qui me plaît.

Il a commencé à coder seul chez lui, par passion, ensuite il a trouvé l’École de la 2ème Chance dans les Yvelines. Cette école lui a servi de cadre pour l’aider à trouver une formation. Il a choisi la section numérique et dès la première opportunité de formation, Jean s’est formé avec O’clock (oui, c’est nous).

La formation.

À cet instant, vous êtes certain de vouloir vous reconvertir et vous avez un projet professionnel concret. Il est maintenant temps d’acquérir de nouvelles compétences et donc de vous former.

Mais vous êtes soudain assailli par de nouvelles questions : Où ? Comment ? Seul ou accompagné ?

Là, on va vous expliquer comment se reconvertir dans le développement web. Parce qu’on n’est pas là pour vendre du saucisson.

Alors, tout d’abord, il faut définir ses besoins, ils sont différents pour chacun et c’est tout à fait normal. C’est pour cela qu’il existe différentes formations sur le marché.

Il faut définir le temps dont vous disposez, car il existe des formations de toutes les durées.

Ensuite, vous avez le choix de suivre une formation avec une structure :

  • Intensive ou non.
  • Avec ou sans professeurs.
  • Avec ou sans classe.
  • Avec ou sans programme.
  • Avec ou sans planning.
  • Avec ou sans chaussons.

Bref, il y en a pour tous les goûts.

Et enfin, il vous faudra choisir les technos que vous désirez apprendre, qui ne sont pas les mêmes en fonction des formations et du temps dont vous disposez.

Benjamin Code en parle 👉 ici.

Et O’clock dans tout ça ?

La structure

On a opté pour les professeurs, la classe (double sens 😎), le programme, le planning, le suivi, le coaching, les chaussons… De quoi faire une reconversion bien installé dans votre salon et de vous épanouir dans nos classes virtuelles, tout en préparant votre nouveau parcours professionnel.

La durée et les technos

La durée d’une formation dans notre école est de 6 mois pour devenir développeur web. Vous pouvez également choisir votre propre Socle et votre spécialisation.

En résumé, faire une reconversion professionnelle chez O’clock, c’est presque comme choisir un costume sur mesure, c’est fait pour vous, mais ici, vous pouvez prendre du poids.

Pour plus d’informations sur nos formations, Socle et spécialisation c’est 👉 ici.

Vos premiers pas

Avant de courir vers la formation de vos rêves et de vous transformer en développeur web aguerri, vous pouvez apprendre à marcher à 4 pattes sur certaines plateformes dédiées comme OpenClassrooms, Udemy, le site de Pierre Giraud, le Discord de Mike Codeur Nomade…

Le financement 💰

Vous avez choisi votre formation et à présent, il faut la financer. Vous avez peur de ne pas pouvoir y arriver tout seul. Pas de panique, il existe un accompagnement à la reconversion pour beaucoup de situations. Alors, armez-vous de votre motivation et pensez à votre passion, vous y êtes presque !

On vous a mâché le travail en vous présentant ces solutions :

  1. POEI : c’est la Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuelle « à vos souhaits ! ». Pour faire simple, ce dispositif de financement vous permet de suivre votre formation en lien direct avec l’offre d’emploi d’une entreprise. Si le futur employeur se positionne sur votre profil, vous pouvez commencer votre intégration en douceur dans son équipe, dès le début de votre formation ! Le tout avec une formation financée par Pôle Emploi en partie ou intégralement. Pour davantage d’informations, c’est 👉 ici. Chez O’clock on l’appelle la Draft et on vous la présente 👉 ici.
  2. PTP : c’est le Projet de Transition Professionnelle. Il vous permet, si vous êtes salarié, de vous absenter de votre poste de travail pour suivre une formation dans le but de vous qualifier, d’évoluer ou dans notre cas, plus précisément de se reconvertir. Il y a quelques critères à remplir pour y avoir doit à retrouver ici 👉 ici.
  3. AGEFIPH : c’est l’Association de Gestion des Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées, c’est long à dire, il faut prendre une grande respiration avant de la prononcer, mais c’est ça. Son objectif est simple : si vous êtes en situation de handicap, l’AGEFIPH peut participer à votre projet de formation. Prise en charge de l’adaptation de votre formation à votre handicap, participation au coût de formation, en résumé, elle fait en sorte que vous soyez dans des conditions optimales selon vos besoins pro. Pour plus d’infos, c’est 👉 ici.
  4. AIF : c’est l’Aide Individuelle à la Formation. C’est un dispositif de financement de Pôle Emploi. Si vous n’avez pas trouvé d’autre financement pour la formation, l’AIF permet de financer entièrement ou partiellement les frais pédagogiques d’une formation professionnelle en vue d’un retour durable à l’emploi, pour plus d’informations, c’est 👉 ici.
  5. CSP : c’est le Contrat de Sécurisation Professionnelle. Si votre employeur vous a licencié pour motif économique, ce dispositif prévoit des mesures d’accompagnement et une indemnité spécifique pour favoriser votre reconversion, pour en savoir plus, c’est 👉 ici.
  6. Autofinancement : Le nom annonce la couleur, ce n’est pas sorcier, le financeur, c’est vous. Si vous n’êtes pas éligible ou en partie éligible aux autres solutions de financement de votre formation, il est possible d’autofinancer l’intégralité ou de compléter le financement d’un autre organisme. Nous proposons plusieurs modalités 👉 ici.
Pour faire une reconversion professionnelle, il faut vous armer de courage, de patience et de motivation. Mais la récompense est tellement supérieure à tout cela. Être épanoui dans son job, c’est être épanoui dans sa vie. C’est avoir de nouveaux collègues qui vous demandent comment vous faites pour toujours avoir ce sourire rayonnant sur votre visage. C’est votre chat qui vous reconnaît enfin. C’est votre photo sur le mur des employés du mois. C’est une nouvelle vie qui vous rend heureux et c’était surtout le bon choix.
Vous voulez devenir développeur web ? N'hésitez pas à jeter un œil à nos formations
Découvrez nos formations
Encore ?

Vous avez dévoré le site de long en large, lu chaque article deux fois, appris par coeur notre numéro de SIRET, et malgré ça, vous voulez encore du contenu ? Bon, abonnez-vous à la newsletter, on va voir ce qu’on peut faire…

O’clock, l’école de développement web nouvelle génération