Sébastien, reconversion de l’automobile au développement web

2022-04-07
Si tu veux emprunter la route de la reconversion professionnelle en mode virage à 180 degrés ; Sébastien te conseille d’embarquer à nos côtés. Mais c’est loin d’être le seul conseil qu’il ait à te filer ; entre le partage de son parcours, le contrôle technique qu’il a fait de notre salle de classe virtuelle ou encore sa comparaison entre l’automobile et le développement web :
tu vas apprécier le voyage !

Vos papiers s’il vous plaît…

Sébastien, 30 ans, ancien technicien automobile et futur développeur web.

Tu voulais faire de l’informatique ? Il fallait travailler plus !

Comment t’es arrivé dans le milieu de l’automobile ?

Au moment de mon orientation, je ne savais pas encore quel chemin emprunter. Je savais ce que j’aimais, mais je ne savais pas ce que je voulais faire. J’avais deux passions : l’informatique et la mécanique. Au départ, je souhaitais me diriger vers l’informatique, parce que c’était ce qui me plaisait le plus. Je baigne dedans depuis tout petit, mon père faisait du “Visual Basic” à l’époque, il m’avait un peu initié et j’ai directement accroché. Mais on m’a dit : “Tu voulais faire de l’informatique ? Il fallait travailler plus !”. J’ai pourtant insisté pour aller en informatique, même si je ne savais pas trop si j’étais plus intéressé par le dev ou par le hardware. Tout ce que je savais, c’est que ça m’attirait énormément, mais on m’a fermé cette porte en me disant que si je voulais emprunter cette voie, je devrais faire une école d’ingé’ et que ce n’était absolument pas fait pour moi. Alors, j’ai choisi ma deuxième passion : la mécanique. J’ai travaillé dans le milieu de l’automobile pendant plus de 15 ans.

Et comment on passe de l’automobile au développement web ? Pourquoi tu as fait ce choix de reconversion ?

Je me suis rendu compte, peut-être 10 ans après qu’on m’ait dit que les métiers du numérique m’étaient fermés, que j’aurais très bien pu aller dans cette voie-là en fait. J’ai rencontré quelqu’un qui avait exactement le même parcours que moi et qui a réussi sa reconversion dans l’informatique. C’est là que je me suis dit qu’il fallait vraiment que je fasse quelque chose, et je vous ai rejoint.

On n’est pas laissé tout seul comme j’ai pu l’être dans d’autres formations avant O’clock.

En tant qu’ancien technicien automobile, notre salle de classe passe ton contrôle technique ?

Ah, mais tellement ! C’est réellement impressionnant ! Pour avoir fait énormément de formations, et très souvent, parce que dans le milieu de l’automobile, c’est pareil que dans celui du développement web ; la veille technologique, c’est essentiel ! Il faut suivre, sinon t’es complètement largué. Et donc, des formations en présentiel et en “téléprésentiel” j’en ai fait un paquet. Et les seules formations en « téléprésentiel » que j’ai pu avoir, c’était l’enfer : c’était mal organisé, on ne comprenait rien à ce qu’il se passait, on n’avait aucun support, c’était le chaos total. Tout l’inverse de l’École O’clock quoi.

En fait, vous avez réussi à développer une formation où on a l’impression d’être en présentiel, mais à la maison. Et ça, c’est vraiment ce qui fait toute la différence ! On est suivi, on a des supports, si on a des questions, il n’y a aucun problème, on a directement une réponse. On n’est pas laissé tout seul comme j’ai pu l’être dans d’autres formations avant O’clock.

C’est la première fois que je vis ça dans une formation et c’est ça qui est génial : on se sent réellement à la maison ! Bon, en même temps, on y est, mais il y a aussi les formateurs qui jouent un grand rôle là-dedans. Il y a un côté réellement humain qui est très présent, très empathique, aucun formateur n’a la grosse tête, ils sont à l’écoute… L’atmosphère est vraiment bonne !

Il y a de quoi s’y perdre et se décourager avec toutes les aides qui existent en France et les galères qui vont avec, heureusement que le référent était là !

Tu avais des craintes à l’idée de te reconvertir ? Qu’est-ce qui a fait que tu t’es décidé à démarrer ?

Oui, ma seule crainte était financière. Je connaissais déjà O’clock depuis un petit moment, parce que je voulais réellement changer de voie et j’avais commencé à comparer toutes les formations qu’il y avait sur le marché entre elles et je savais que je voulais faire O’clock. Mais se dire “Je vais quitter mon boulot, comment je vais être rémunéré ?” Ça fait peur. Surtout que j’étais seul avec ma fille à l’époque, je n’étais pas encore avec ma compagne et son fils.

Je trouve qu’on ne montre pas assez qu’il y a des solutions ! Au début, on se dit : “Bon, ça va, une formation, ça coûte autant, à la limite je vais casser la tirelire, mais comment je vais faire pendant 6 mois pour payer à manger ?” Et en fait, il y a des aides et c’est possible ! Donc mon seul point noir s’est éclairci au fur et à mesure que je parlais avec mon référent. Je peux dire que j’ai vraiment été bien accompagné du côté de l’École O’clock. À chaque fois que j’avais une question, il me répondait rapidement et était honnête ; quand ce n’était pas possible il le disait et m’aiguillait pour trouver la meilleure des solutions pour moi. Il y a de quoi s’y perdre et se décourager avec toutes les aides qui existent en France et les galères qui vont avec, heureusement que le référent était là !

Tu t’es un peu préparé avant de te reconvertir ?

Oui, mais juste ce qu’il faut. On doit s’intéresser ; quand on veut vraiment faire un métier, c’est parce qu’on est passionné par ça. Alors, il vaut mieux tester ce métier pour être certain que c’est bien ce qu’on imagine, ça évite la désillusion. Et pour ça, l’article que propose O’clock : Les plateformes pour débuter le code est réellement top ! J’encourage ceux qui liront cet article à faire les petits jeux qu’il y a dedans, c’est très bien. Parce que si on réalise qu’en fait on n’aime pas le code, il vaut mieux choisir une autre métier que développeur web quoi. Et je dirais aussi qu’il faut s’entraîner, mais sans aller trop loin. O’clock a une certaine pédagogie qui fonctionne vraiment bien et il n’y a pas besoin de venir avec des compétences folles pour entamer cette formation. En plus, en voulant trop en faire seul avant, on peut se décourager, se faire de fausses idées sur certaines choses, donc je conseillerai simplement de se renseigner et de faire les petits jeux de l’article que j’ai cité.

Développeur web en téléprésentiel

Tu vois des liens entre le métier de développeur web et celui de technicien automobile ?

Pour la méthodologie ; oui, complètement ! Pour l’instant je ne suis qu’au début de ma formation, on n’est pas encore dans une optique de débug, mais je pense qu’il y aura pas mal de similitudes. Il y a aussi le fait de visualiser les choses ; dans une voiture, quand on la voit comme ça, c’est “juste” une voiture, mais bien souvent on est obligé de visualiser ce qu’il y a à l’intérieur du moteur ou autre, pour réussir à se dépatouiller. Quand je regarde le code, je visualise l’intérieur du site web comme si c’était une voiture et moi, franchement, ça m’aide énormément !

Au lieu d’avoir un balai entre les ******, vous faites le sorcier avec le ballet quoi ! AHAHA

Et pourquoi O’clock ?

Pour le peps’ ! Ce que dégage O’clock. Quand on arrive sur d’autres sites que je ne citerai pas, on nous propose une formation et on a l’impression d’arriver dans une cathédrale quoi ; il ne faut pas faire un bruit, il faut rester droit… Alors que quand on arrive sur le site de l’École O’clock, on sent directement que c’est sérieux, mais par contre, il y a toujours cette petite pointe d’humour où que l’on aille. Et ça, franchement, c’est génial quoi. C’est super, ça détend tout de suite ! Au lieu d’avoir un balai entre les ******, vous faites le sorcier avec le ballet quoi ! AHAHA. Je me suis amusé à fouiller chaque recoin du site et du blog pour trouver la petite pointe d’humour qu’il y avait et ça donne envie de vous rejoindre, vraiment !

On n’a jamais vu ça dans une école, ou dans une formation, c’est vraiment un truc de fou !

T’es dans quelle promo ?

Promo Cassini ! Dans l’espace, le p’tit satellite, et tout se passe bien, vraiment ! Il y a beaucoup d’entraide. J’ai eu la chance d’être élu “co front contrôleur”, c’est un peu le “délégué de classe”, je ne suis pas fan de ce mot-là, parce qu’on n’est pas réellement délégué, on est plus là pour le côté administratif, pour aider les autres en cas de besoin… On a mis quelques petites choses en place pour que l’entraide soit encore plus présente. Et on joue aussi le rôle d’intermédiaire ; si l’un de nos camarades n’ose pas aller voir quelqu’un ou quoi que ce soit, c’est à nous de faire le messager pour dire par exemple : “voilà, une personne a eu des problèmes, elle n’ose pas trop en parler… ” Et ce qu’il y a vraiment de bien chez O’clock, c’est que dès qu’il y a un problème quelconque, il y a des personnes présentes pour nous épauler, nous aider. Et ça, c’est quelque chose que je trouve génial ! Il y a plusieurs corps de métier et il y a même des personnes présentes pour nous aider à nous organiser dans la vie de tous les jours. Même si on a besoin de parler de choses qui n’ont pas forcément de rapport direct avec l’école, si on a des problèmes dans notre famille par exemple, ils sont présents pour nous écouter. On n’a jamais vu ça dans une école, ou dans une formation, c’est vraiment un truc de fou !

T’imagine comment ton “après O’clock” ? Tu te vois où ?

Indépendant, comme je l’ai été avant en mécanique, dans ma petite maison, tranquille quoi ! Le format “full remote” me convient parfaitement ! C’est vraiment mon but ultime ; je trouve qu’on arrive mieux à organiser ses journées, aller chercher les enfants et toutes les autres choses du quotidien. Alors que quand on a les trajets à faire, on perd un temps de dingue ! J’avais les trajets à faire quand j’étais en mécanique, et c’était épuisant. Là, tu finis ta journée, t’as plus que le café à prendre quoi !

Développeur web en reconversion

Ah, mais qu’est-ce que tu fais là toi ? Allez tchhhh tchhh tchhh ! Descends de là, va dans le panier !” Désolé, c’était mon chien.*


*On est ravi de savoir que c’était ton chien, et non ta fille.


Le mot de la fin ?

Foncez !

“Foncez” ; parce que je veux m’adresser à ceux qui vont lire les articles, et ils doivent être en train de se poser des questions, comme : “Est-ce que cette école est vraiment bien ?”. Et j’ai envie de leur dire “Foncez !” Ne cherchez pas à aller dans une autre école, on ne donnera pas de nom… Il faut aller chez O’clock ! Franchement, le format : génial. L’accompagnement : génial. Les cours : géniaux. Les profs : géniaux ! La team : géniale. Tout est : génial !*


*Vu les propos énoncés ici par Sébastien, on tient à te préciser que la somme versée pour les entendre est précisément de : 0,0 € et qu’aucun objet contondant ou à vocation létale n’a été tendu vers sa direction.