Justine : une crème de développeuse.

2022-05-24
Alala Justine ! 😌 Tellement de choses à dire sur elle ! On pourrait vous dire qu’elle est la présidente d’un fan club vouant une passion plus ou moins secrète pour Nicolas Cage et ne comportant qu’un seul et unique membre…elle-même. 🤭 Ou encore qu’elle est capable de finir un pop it en 13 secondes en se servant uniquement de son nez. Mais Justine, c’est avant tout une pâtissière qui manie la poche à douille comme personne, mais aussi une future développeuse web. Et ce sont toutes ces raisons qui nous ont donné envie de laisser Justine prendre le contrôle de ce blog !

Coucou Justine ! 👋 Comment ça va ? Peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?

Ça va !  Un peu fatiguée après mes 4 mois de formation, intensive, mais on tient le coup. Alors moi, c’est Justine, j’ai 28 ans et je vis en région parisienne, plus précisément dans le Val-de-Marne. Après 10 ans passés en restauration et plus majoritairement en pâtisserie, j’ai décidé de me reconvertir dans le développement web.

Alors quel parcours scolaire as-tu eu ?

Un parcours assez “fouillis” je dirais puisque je me destinais à des études scientifiques. J’ai eu un bac S. Après ça j’ai fait un an de fac en biologie biochimie, j’ai validé l’année, mais j’ai décidé de me reconvertir dans un métier de passion : la pâtisserie.

J’ai donc mon CAP pâtisserie que j’ai complété par un BTM (Brevet Technique des Métiers)

J’ai également un titre professionnel entrepreneur de petites entreprises que j’ai passé en parallèle d’un contrat avec une association pour le développement d’un projet autour de l’alimentation durable.

Pourquoi la pâtisserie ? 🍰

J’ai toujours aimé cuisiner. C’était donc vraiment un métier de passion pour moi. J’ai pu y passer jusqu’à  80 heures par semaine. Je passais la majorité de mon temps libre dans la pâtisserie et la restauration, je m’engageais dans pas mal de gros projets en rapport à cette passion.

Pourquoi penser à la reconversion professionnelle ?

Pour deux raisons. La première étant que je suis en couple depuis 2 ans. Et comme nos horaires de travail n’étaient carrément pas les mêmes, ça m’a poussée à revoir la relation presque “toxique” que j’entretenais avec le travail.🥴

La deuxième est que je voyais les limites de mon métier. Je ne voyais plus trop vers où évoluer pour que ça me corresponde encore. J’avais un certain niveau technique en pâtisserie et j’avais besoin d’autre chose que de ce côté purement pratique. Je voulais exploiter un domaine plus stimulant intellectuellement.

Alors raconte-nous ton parcours professionnel ?

J’ai travaillé dans beaucoup de boîtes différentes. Déjà lors de mes formations, j’ai été vachement poussée à varier mes expériences pour voir différentes techniques et  manières de travailler. Et cela passait par la boutique du coin de la rue comme un palace. J’ai eu l’opportunité de passer un an à Montréal, où j’ai découvert une autre culture et une relation au travail complètement différente de la nôtre. Il y a une grosse culture du bénévolat, c’est donc là-bas que je l’ai découvert.

En rentrant en France fin 2017, j’ai commencé à vouloir faire des projets plus écologiques et sociaux, toujours en rapport à la cuisine. 

J’ai donc été en freelance pendant 2 ans et ensuite j’ai bossé dans l’associatif en mettant mes compétences culinaires au service des autres ou comme outil de création de liens sociaux.

T’intéressais-tu au vaste monde de l’informatique avant d’avoir eu l’illumination pour le métier de dev ?

Je n’ai jamais été très attirée par l’informatique ! Je ne suis pas comme certaines personnes qui ont tapé au clavier pendant des heures et qui ont créé leur premier site internet à 12 ans. Bien qu’ayant grandi dans une culture “geek”, car j’ai deux grands frères qui le sont, le monde de l’informatique ne me touchait pas.

J’ai bien sûr les codes du web, mais ça devient vite un peu abstrait. Si par erreur j’appuyais sur F12 et qu’un terminal rempli de code incompréhensible à l’époque apparaissait, j’avoue que ça me faisait un peu peur !

Quel a été ton déclic pour la reconversion ?

Encore une fois, il y a deux choses qui ont joué. La première étant que j’ai pu participer à la refonte du site internet de la dernière association dans laquelle j’ai été. Une bénévole nous a gentiment dit qu’en gros notre site internet était à vomir. Ayant un peu de compétences dans le domaine, elle nous a donc proposé de le refaire. Elle nous a beaucoup sollicités et nous a transmis les bonnes pratiques pour continuer à le mettre à jour, c’était un site WordPress. J’ai donc mis le doigt dans le développement par WordPress ! Je ne l’ai pas trop dit autour de moi, mais il y a peut-être quelques personnes de ma promo qui vont me jeter des cailloux.

Mais le fait de voir tout ce qu’on pouvait faire sur cette interface même si ça reste du basique. Je me sentais presque invincible : I GOT THE POWER ! 💅

La deuxième chose qui m’a poussée à me lancer dans le devc’est que mon colocataire était en train d’effectuer sa formation chez Open Classroom et il était hyper passionné et passionnant dans sa manière de parler du métier.

Même au début de sa formation, quand on en parlait,  il arrivait à me montrer quelques trucs, à me les vulgariser facilement. Il me montrait des choses qui me semblaient accessibles.

Et pour moi à l’époque ça me paraissait assez fou tout ce qu’il savait faire en si peu de temps de formation.🤩

Ça m’a donc donné envie de me lancer et puis j’avais l’impression que ce domaine était sans limites et que je ne pourrais  jamais m’ennuyer et c’est vrai !

Contrairement à mon ancien métier où comme je disais tout à l’heure, je me sentais bloquée.

Alors que là avec le développement Web il y a toujours quelque chose à apprendre, toujours de nouveaux langages, des nouveaux challenges. On peut toujours sortir de notre zone de confort !

Arrives-tu à trouver des similitudes entre la pâtisserie, un métier de l’artisanat et ton futur métier de développeur ? 🤔

Les cookies ? 🤣

Non plus sérieusement, j’avais pas mal d’à priori qui ont été détruits pendant ma formation.

Quand j’ai commencé la formation, j’étais vraiment focus sur le côté utilisateur et visuel, qu’on peut retrouver dans la pâtisserie parce qu’il faut toujours que ce soit beau et appétissant.

Je m’intéressais principalement au rendu final et à l’expérience client.

Et en fait quand j’ai commencé à faire du back et de l’algo…c’était vraiment intéressant !

Parce que j’aime bien tout ce qui est logique et carré, c’est pour ça que je me suis plus dirigée vers la pâtisserie que la cuisine.

Les cuistots sont un peu les savants fous alors que les pâtissiers sont des chercheurs du CNRS.

Donc j’étais beaucoup plus cadrée en tant que pâtissière et c’est qui me plaisait.

Et c’est cette logique dans le back qui me plaît, même si j’ai finalement opté pour la spé React orienté front-end. Après bien sûr rester toute la journée les pieds sous un bureau devant un écran d’ordinateur me change énormément de mon ancien métier où je faisais les 100 pas. Alors forcément des fois, j’ai du mal à tenir en place. Et ce ne sont pas mes camarades ni Loïc, aka mon tuteur pédagogique préféré, qui diront le contraire !🙃

Alors du coup, revenir sur les bancs de l’école après tant de temps. Comment l’as-tu vécu ? 

J’avais un peu d’appréhension. Surtout que je n’avais pas fait d’études poussées et que je n’ai pas une logique de réflexion hyper cadrée. Je pense avoir un bon sens logique, mais pour être capable de m’approprier un concept ou de ressortir des termes techniques qu’on a vus une seule fois et brièvement en cours, j’ai beaucoup de mal.

Par mon ancien métier et de mon parcours, j’ai besoin de pratique pour mieux assimiler toutes ces notions.

Concrètement, pour le socle, j’ai dû m’accrocher parce qu’on découvre beaucoup de notions. Le passage en spé m’a fait le plus grand bien ! Je retrouve ce côté d’apprendre en pratiquant que j’aimais en pâtisserie.

 

Justine Code

Pourquoi avoir choisi O’clock ? 

J’ai été voir sur des forums les retours sur les différentes formations concurrentes existantes et honnêtement, ce n’était pas foufou. Si mon coloc à fait sa formation chez Open Classroom c’est parce qu’il était en alternance. Et à l’époque, O’clock n’en proposait pas encore.

J’avais besoin d’un certain cadre avec de vrais profs disponibles qui peuvent répondre à mes questions en direct. Je voulais avoir un format “contraignant” avec des horaires fixes.

Et puis tous les outils mis à disponibilité comme le cockpit, le Slack avec le canal d’entraide, avec lequel j’ai un peu abusé, c’est génial !

Et puis les blagues ! Quand je suis tombée sur le site de O’clock je me suis dit “Ok ce n’est pas une erreur, ils font réellement des blagues ! Je m’inscris direct !” 😃

Tu es dans la promo Zeus ? Ça se passe bien ? Pas d’éclair en vue ?⚡️

Ça se passe très bien ! On a un super ambiance de promo. On essaie de se voir quand on en a l’occasion et c’est génial !

On vient tous d’horizons complètement différents, que ce soit en termes d’âge : on a de 18 à 59 ans. Au niveau du parcours, professionnel, on vient aussi tous de domaines différents. Et puis chose à souligner, niveau mixité nous sommes à 50 / 50 donc c’est assez étonnant ! (Dans le bon sens du terme évidemment 😅)

On progresse tous ensemble, et il y a énormément d’entraide. Aussi bien technique, le pair programming nous prépare vraiment au monde du travail en tant que dev, que moral, savoir que nous sommes tous logés à la même enseigne ça aide vachement.💪

Quels étaient tes projets avant de commencer la formation ? Ont-ils changé maintenant que tu as fini ? 

Faire un stage pour mettre en pratique tout ce que j’ai appris. Commencer à construire mon réseau. Chose très importante pour moi et que je conseille à tous les lecteurs, dans mon ancien métier, tous les emplois que j’ai pu avoir sont grâce à mon réseau. Ensuite, on verra à la fin du stage, mais l’idée, c’est de trouver un boulot et de quitter la région parisienne. Pourquoi pas un poste en télétravail ?

Mes projets n’ont pas changé du coup parce que j’ai déjà trouvé mon stage !

Oh, mais c’est génial ! 😲 Raconte-nous comment ça s’est passé  !

Alors pour le coup, ce fut un gros coup de chance ! J’ai commencé à faire mon réseau sur  LinkedIn. J’ai lancé pas mal de demandes d’ajouts de dev à coté de chez moi. Ensuite j’ai ajouté des lead dev et des CTO de boites qui me plaisaient. J’ai fini par ajouter le CTO de Carbone 4, et voilà à peu près ce qu’il m’a dit :

Je n’accepte pas les demandes de personnes que je ne connais pas. Par contre, je vois que tu es en formation pour devenir développeuse web et que tu cherches un stage et ça peut nous intéresser, tu serais dispo pour en parler?

C’était un mois après le début de la formation, donc j’étais partagée entre l’excitation et la peur parce que j’apprenais vraiment les bases pour le moment. Il m’a ainsi proposé un échange informel et d’échanges en échanges j’ai signé il y a quelques semaines ma convention !

Wow c’est cool ! Comme quoi le réseau, c‘est très très important, prenez en de la graine chers lecteurs ! 🤓

 

Revenons à nos moutons Justine ! Alors sur le long terme t’as déjà des projets en vue ? 

Pas vraiment, j’ai beaucoup de mal à me projeter généralement, ça me porte la poisse. Alors, je me laisse emporter par le vent et on verra bien  !

Peut être allier le dev et la pâtisserie un jour  ? 

C’est un de mes projets. Je pensais viser les boîtes qui allient les deux. La communication ou le conseil dans la food. Ce serait le gros jackpot pour moi parce que vu que j’ai la double casquette, je peux apporter un œil neuf et complet aux projets.

Finalement, je ne suis vraiment pas dégoûtée du milieu de la restauration, je n’étais juste pas assez stimulée. C’est pour cela que mon gros but serait d’allier mes deux expertises, que dis-je, mes deux passions !

Ça m’a donné faim de parler bouffe.🍫🍟🧁

Justine interview mug

Eh bien nous aussi ! 😋 Pour clôturer cette interview en beauté, as-tu un conseil à donner à nos lecteurs ? 

Oui ! Le métier de développeur est accessible à tous et pas qu’aux personnes planquées dans le noir, les yeux rivé sur leur PC avec une capuche sur la tête comme on voit dans les films hollywoodiens.

PS: Entre l’interview et la publication, Justine a bien commencé son stage ! On lui a demandé comment ça se passait pour elle et voici ce qu’elle nous a répondu !

J’ai commencé mon stage la semaine dernière et j’en suis ravie, l’équipe est hyper accueillante et le projet super intéressant. Mais entre le passage à la vie professionnelle et les nouvelles technologies à aborder, avec aussi la préparation en parallèle de mon Titre Pro prévu pour début juin,  je dois avouer que les journées sont trop courtes et bien intenses ! Ajoutés au pic de chaleur ces jours-ci, j’ai parfois littéralement l’impression que mon cerveau est en train de fondre…🥲

Alors même s’il faut s’accrocher, je suis comblée ! C’est clair que contrairement à mon ancien boulot, je ne risque pas de m’ennuyer ! 🥳

Merci Justine ! 🤝 Nous sommes ravis de constater ta réussite ainsi que ton évolution. On espère qu’un jour tu puisses nous coder des sites aussi utiles qu’appétissants!