Un cyber Pearl Harbor est-il possible ? (25/06/2024 à 18h) : inscrivez-vous !

Est-ce que le développement web va mourir ?

2022-03-01
Est-ce que le développement web va mourir ?
Avec toutes les avancées technologiques qu’il y a aujourd’hui dans le monde du numérique, et tout particulièrement dans celui du développement web, on comprend que la question :
“Être ou ne pas être un développeur web” se pose… 💀 

Accessible partout, demandé par tous ! 💪

Aujourd’hui, le web est accessible partout, avec toujours plus de besoins, et donc de demandes !

Les besoins en développeurs augmentent plus vite que le nombre de développeurs…

Et ça, on ne le sort pas de notre poche, mais du magazine Forbes. Si on s’arrêtait là, on en conclurait rapidement que le développeur web est quasiment le métier le plus demandé du marché, et que le développement web est donc bien vivant ! Mais quand on regarde ailleurs, on voit que pas mal de tâches réalisées par le développeur commencent à être de plus en plus automatisées…

Alors, est-ce que ce qu’on appelait “le métier de demain” ne commencerait pas tout doucement à devenir “le métier d’hier” ?

Des avancées qui pourraient nous arrêter ? 🙅‍♂️

L’arrivée du No-code

On t’avait parlé du No-code en long, en large et en travers dans l’article : Qu’est-ce que le No-code ?

Et cette possibilité de coder, en se passant du codage informatique nous avait menés vers l’interrogation :

Quel avenir pour le développement web, si tout le monde peut coder, sans devoir apprendre à coder ? Est-ce qu’une disparition de notre métier peut être envisagée ?

On reviendra là-dessus plus tard dans l’article, c’était juste histoire de te remettre dans le bain !

Quand l’intelligence artificielle s’en mêle…

Si tes yeux avaient grossi en lisant qu’on peut coder, sans coder ; tiens les biens, ils risquent de sortir de leurs orbites !

AlphaCode : la nouvelle IA de DeepMind code aussi bien qu’un développeur humain.

Quand on se reçoit un gros titre d’article de 01net comme ça, en pleine face, on peut être tenté d’avoir peur de l’intelligence artificielle en tant que développeur web, mais attendez de lire tout l’article avant d’envisager une reconversion dans l’élevage d’Alpaga en Bretagne…

Ce n’est pas tout ! Parlons des aides au développement…

De nombreuses aides au développement voient aussi le jour, comme Github Copilot ; une aide à l’autocomplétion. Ou encore GPT-3, un générateur de code, qui semble être tout droit sorti du futur.

Mais du coup, est-ce qu’une révolution digitale comme celles qu’on a citées pourrait remplacer mon métier ?

Non ! [mise à jour de juin 2024 : l’IA a beaucoup évolué, découvrez comme notre Alumni, Yannick, met à disposition 250 GPTs pour coder avec Wise duck !]

On ne remplacera pas l’humain ! 👍

Toutes ces avancées technologiques ne remplaceront pas l’humain. Un client aura toujours besoin que l’on comprenne ses attentes et ses problématiques qui lui sont propres. Il voudra être conseillé et suivi. Et ni la maintenance d’un site web, avec ses mises à jour en fonctions de retours clients, ni l’originalité et la volonté de se démarquer ne pourront remplacer la réflexion mise en œuvre par un cerveau humain.

Développeuse web qui travaille

« Heureusement que t’es là toi… « 

L’humain reste supérieur à la machine pour ce qui est des choix d’optimisation de projet. L’intelligence artificielle n’a pas la notion de contexte…

Un exemple s’impose…

Si tu es fleuriste, l’IA pourra calculer parfaitement le ratio eau/fleur exact dont tu as besoin pour tout ton magasin, avec de l’informatique quantique, et le fera beaucoup mieux qu’un humain. Mais elle ne sera pas capable de composer un bouquet unique avec des fleurs parfaitement assorties les unes avec les autres, pour répondre parfaitement à la demande du client, tout en le surprenant !

Si l’on veut réellement répondre au besoin du client, il faut le faire soi-même. Les compétences techniques de toutes ces avancées ne remplaceront pas la réflexion qu’un cerveau humain apportera pour concevoir et développer une solution à un même problème. Mais, par contre, le rôle du développeur peut être amené à évoluer…

L’opportunité de réfléchir au métier de développeur web et son évolution !

Envisager la perspective d’une nouvelle version d’un métier, c’est l’occasion pour n’importe quel  développeur web, concepteur-développeur, développeur fullstack, développeur logiciel, programmeur, codeur… (et on en passe),  de se rappeler que notre métier, c’est avant tout le fait de savoir résoudre des problèmes. Et pas uniquement se souvenir par cœur de toutes les configurations de webpack (même si certains aiment ça), par exemple.

On peut imaginer une évolution du rôle du développeur. Les détails techniques de syntaxe deviendront de moins en moins importants avec le temps grâce aux surcouches d’abstraction et outils d’aide au développement.

Luko, formateur chez O’clock

Et si on envisageait ces avancées comme des opportunités ?

L’opportunité de gagner du temps…

Le No-code, par exemple, peut être un allié plutôt qu’un ennemi…

On pourrait le voir comme : « voilà votre maison préfabriquée (à 80%), et les finitions / aménagements spécifiques seront à faire par vous (20%) »

JC, référent spé Symfony 

Le No-code est utile si l’on veut quelque chose d’assez classique, c’est moins coûteux et ça prend moins de temps. Mais si l’on désire avoir du sur-mesure, ou encore des actions précises, il faudra obligatoirement passer par un développeur web !

Si l’on souhaite du « sur-mesure » il est alors incontournable de passer par un interlocuteur bien réel et pas une appli clef en main ou un bot qui ne te permettra une personnalisation que partielle

Magali, chargée des programmes d’inclusion numérique chez O’clock

Et ce qui est bien avec les outils de No-code, c’est qu’ils proposent généralement d’entrer dans le code pour y ajouter ce qui manque si besoin. Le développeur peut donc s’en servir pour y amener sa sensibilité créative, ou encore pour gagner du temps sur une maquette, qu’il optimisera et développera par la suite.

Essaye de voir ça comme si tu étais paysagiste…

Prenons l’exemple du paysagiste :

Est-ce qu’il a eu peur de l’arrivée de la tondeuse à gazon ?

Peut-être, à vrai dire on n’en sait rien, on n’était pas là. Mais ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui il est bien content de pouvoir gagner du temps sur la pelouse pour en passer davantage à créer des buissons en forme d’ours brun des  îles Kodiak !

Buisson ours

Et ça, ça pourrait bien être pareil pour le développeur web…

Pourquoi ne pas voir ces aides, comme des aides ?

Si le fait de gagner du temps sur l’écriture d’un langage de programmation, son ergonomie et toutes ces subtilités nous permettaient d’encore mieux analyser les besoins des utilisateurs, pour y répondre avec précision et créativité ?

Moins de temps sur la programmation web, plus de temps sur la création. C’est tentant… On pourrait travailler en équipe avec ces solutions techniques pour créer des applications et pages web plus rapidement, tout en y apportant notre expertise…

On ne dit pas qu’il n’y aura plus besoin de maîtriser les langages, et que plus personne ne devra programmer de site internet soi-même, ou encore que le développement informatique va complètement changer du jour au lendemain. Mais il n’est pas impossible que la plupart des développeurs de demain passent par une formation à l’usage de ces outils.

On s’interroge et on garde bien en tête que l’important dans notre métier, c’est de savoir s’adapter et répondre à n’importe quelle problématique, avec une solution originale et adaptée aux besoins de nos clients !