#Cosmos : Maylis, développeuse web multi-fonctions.

Communauté
17 août 2017
Attention, espèce multiforme en vue. Communicante, développeuse, assistante en recherche de financement, préposée à l’aide au devoir, community manager suppléante, entrepreneuse et future formatrice. Et tout ça, dans une seule personne.
C’est fort.

Salut Maylis ! Tu peux te présenter ?

Moi c’est Maylis, je viens juste d’avoir 25 ans (c’est important de le préciser) ! Communicante de formation. J’ai un parcours scolaire assez compliqué, à la base je voulais faire médecine. Donc rien à voir avec le métier de développeuse. Mais j’ai eu un petit accident qui a réduit la mobilité de ma main. Impossible donc d’entreprendre une carrière dans le médical. M’enfin, rassurez-vous : ça ne m’empêche pas de coder !

Du coup, je me suis renseignée sur les autres carrières qui pouvaient s’ouvrir à moi. J’ai opté pour le journalisme mais je n’ai pas pu rentrer directement en DUT journalisme. Je suis passée via un cursus en communication. Et comme ça m’a plu, j’y suis restée.

Donc médecine, journaliste puis communication et enfin… développeuse ?

Pendant mon parcours en communication, j’ai été amenée à toucher au développement web. Je faisais des petits sites, en WordPress, rien de très poussé. Mais ça me plaisait. Je jonglais entre la com’ et la technique.

Quand j’ai été embauchée chez SoLocal Marketing Services (Pages Jaunes), je rédigeais les sites que l’on produisait pour nos clients. Et j’avais la particularité de recenser les demandes des clients, et d’effectuer moi-même quelques modifications techniques.

Et pourquoi vouloir te mettre sérieusement au développement web ?

Je veux lancer mon entreprise. En fait, j’ai envie de mêler mon travail de communicante et de développeuse web. Je veux proposer une prestation complète. De la stratégie de communication, à la réalisation technique. Et aujourd’hui, il me manque de vraies connaissances qui vont me permettre de prendre totalement en charge la partie technique des projets web que l’on me confiera.

Tu t’investis beaucoup dans l’école O’clock. En tant qu’étudiante future développeuse tout d’abord où tu proposes souvent ton aide auprès de tes camarades. Tu conseilles les futurs étudiants quant à leur financement, tu les aides dans la rédaction de lettre de motivation et parfois, tu joues les community manager à ma place. Alors déjà, un grand merci pour ton aide. On a juste une petite question : comment tu fais ?

Et bien… je répondrais que c’est ma personnalité. J’aime me donner à fond !
O’clock c’est une aventure humaine. Qui est d’ailleurs en contradiction avec ce que l’on pense du télétravail. On pourrait penser que l’on ne communique pas, que c’est très individuel. Mais pas du tout. On échange et on s’entraide tout le temps.

Mais je comprends ta question, j’aurais juste pu faire mon job d’étudiante et bosser dans mon coin. Mais j’aime tellement l’ambiance que je veux aider. Forcément, chez Cosmos, et j’imagine dans toutes les promos, il y a des étudiants qui ont plus de facilités que d’autres. Et j’ai remarqué que ceux qui ont du mal sont ceux qui n’ont pas confiance en eux. Alors j’essaie de les rebooster et de les aider pour leur prouver qu’ils peuvent y arriver. Et puis, très égoïstement, ça m’aide forcément. Quand j’explique aux autres, ça conforte mes acquis.

développeuse web
…et jardinière à ses heures perdues ?

Concernant la recherche de financement, j’ai donné un petit coup de main à Sonny (Promo Discovery) et Arthur (promo Cosmos) dans la rédaction de leur lettre de motivation pour leur demande de financement. Ils avaient tout pour réussir, il fallait simplement qu’ils arrivent à expliquer leurs motivations et leurs passions auprès de Pôle Emploi. Quand j’ai débarqué chez O’clock, on m’a tout de suite aidé dans les démarches administratives et je voulais tout simplement aider à mon tour.

Après bon, il y a eu des personnes qui n’ont finalement pas intégré une promo, et qui avaient refusé mon aide. Peut être qu’ils n’étaient pas fait pour la formation finalement.

C’est-à-dire ?

Je me dis qu’intégrer O’clock, ce n’est pas simplement une affaire de compétences et de prérequis. Il faut avoir un état d’esprit. Il faut aimer la collaboration et avoir le gout de l’apprentissage. Chez O’clock, on apprend à apprendre. Donc si tu refuses l’aide de tes futurs camarades quand tu es en difficulté, tu dénoteras forcément avec l’ambiance qui se veut très solidaire. ✊

Du coup, un premier bilan de ces premières semaines au sein de la promotion Cosmos ?

Je ne vais pas être originale, au début c’était simple. Je précise « au début » parce que j’avais déjà des petites bases. Après ça s’est sérieusement corsé. J’ai eu un gros moment de doute, presque de décrochage pour être honnête.

Et j’ai pris conscience que pour être développeuse, il fallait que je bosse dur. 🥊
Il y a tout à disposition pour se mettre à niveau. J’avais les replays, les fiches pédagogiques, des camarades et des formateurs à l’écoute. Fallait juste que je bosse plus dur. Le secret, c’est de ne surtout pas stresser et se mettre la pression.

Je pense que l’on peut le dire : ta situation est assez particulière car tu as déjà un trouvé un job alors que tu n’as pas terminé ta formation.

En fait, j’ai deux choses à coté de la formation : un gros projet sur lequel je travaille sur mon temps libre. Et via ce projet, je me suis fait un premier réseau professionnel. Et on m’a du coup proposé un poste de formatrice en communication digitale dans une école d’ingénieur. Et j’ai accepté !

Est-ce que ce nouveau job exigera des compétences acquises avec O’clock ?

Il exigera toutes mes compétences. Ce seront des cours axés sur la com’ digitale. Mais ce sera difficile d’en parler sans connaitre la technique qu’il y a derrière. Pour être chef de projet, il faut être couteau-suisse. Grâce à O’clock, je maitriserai tous les aspects d’un projet, et ça me sera grandement utile pour mon futur métier de formatrice et pour ma future boite !

Tu es déjà décidé pour la spécialisation que tu vas prendre au sein de la formation ?

Je suis en plein questionnement. La solution de facilité serait WordPress car je connais déjà un peu. En surface, certes, mais je pourrais m’adapter plus facilement. Mais le développement from scratch avec Symfony m’intéresse beaucoup. Je serais amenée à être responsable de la partie technique pour ma future boite et ce ne sera pas du luxe de me positionner sur un framework PHP. J’hésite… 🤔

Bon, on va finir par un truc que l’on ne fait pas souvent : de la bonne grosse publicité ! Si tu devais conseiller O’clock à quelqu’un qui veut se former au développement web, tu lui dirais quoi ?

Hum… Plusieurs choses. S’il recherche une école où les professeurs sont tout le temps dispos pour les étudiants : O’clock ! S’il veut une école qui te suit après la formation et qui te donne toujours accès aux ressources pédagogiques: O’clock !
C’est intense, ça demande du travail ! 5 mois, ça parait court, il ne faudrait pas plus court, c’est vrai. Mais plus long, on ne tiendrait peut-être pas la distance.
Chez O’clock, il y a tout. Le travail, les compétences, l’ambiance.
Pourquoi choisir une autre école ?

C’est vrai ça, pourquoi ?
Merci Maylis !