API Hour – « De la reconversion au succès, mon parcours de freelance » : replay bientôt disponible

Recruté de la promo Lunar : sur un nuage depuis formation

2021-09-02
Recrute-Depuis-sa-formation-dans-la-promo-Lunar-Pierre-est-sur-un-petit-nuage
Si vous êtes dev junior ou que vous allez bientôt l’être, vous êtes sur la bonne page. Allons à la rencontre de Pierre. Il a su saisir des opportunités et a réussi à décrocher un poste avant la fin de sa formation. On lui passe le micro de O’clock afin qu’il partage son expérience avec nous. Suivons-le de sa reconversion à sa prise de poste en tant que junior jusqu’à aujourd’hui. Allez, c’est parti ! 👇

Coucou Pierre ! 👋  Comment vas-tu depuis le temps ? Ça ne te fait pas bizarre de revenir ici après 2 ans ?

Salut ! Ça va imotep. Je n’ai jamais vraiment arrêté d’être en contact avec O’clock, je fais partie d’une promo qui a su garder son Slack actif avec le temps, on est donc un petit groupe de survivants. J’ai gardé un lien avec O’clock à travers Christophe, notre ancien référent, qui passe sa tête dans le chat de temps en temps. De façon plus indirecte, j’ai régulièrement des personnes qui posent des questions sur l’école. Donc O’clock n’a jamais été très loin de moi depuis la fin de la formation.

Peux-tu te présenter rapidement s’il te plait ?

Alors moi, c’est Pierre, j’ai 33 ans et d’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours été de région parisienne. J’ai fait partie de la meilleure promo, Lunar de septembre 2018 à février 2019. 🚀

Tu nous fais un petit topo de ta situation professionnelle actuelle ?

J’ai quitté la boîte où j’ai débuté en 2019 ma nouvelle vie de développeur, aujourd’hui je viens d’intégrer une nouvelle entreprise et j’en suis très content ! 😁

Tu faisais quoi avant d’être développeur ?

Mon rêve était d’être médecin, j’ai dû arrêter pour des raisons personnelles en cours de route. Suite à ça, j’ai été manager d’une boutique de figurines pendant 3 ans. C’était cool, mais j’avais besoin de plus.

Pourquoi devenir dev ? Tu as trouvé “plus” en le devenant ?

C’est en discutant avec un ami qui était lui-même dev que je me suis rendu compte que c’était un vrai métier et que ça pouvait tout à fait me correspondre.

Et oui, à l’heure actuelle, je suis vraiment comblé, mon métier, je l’ai choisi et c’est une réelle passion, je pense que c’est ce qui me manquait, la passion.

Comment s’est passée ta reconversion ?  Et pourquoi O’clock ?

Photo d'un étudiant O'clock recruté
Mmmm… pourquoi O’clock ?
Ça s’est très bien passé. J’ai regardé de mon côté ce que c’était le code source d’une page et je n’ai rien compris. J’ai fini par tomber sur Openclassroom, j’ai essayé d’avancer tout seul et j’ai pas mal galéré, c’était long et fastidieux. C’était tout de même intéressant parce que je découvrais un truc qui me plaisait via leurs cours HTML et CSS. En parallèle, j’ai commencé à me renseigner sur les modalités de reconversion là-dedans. Donc j’ai fouillé sur internet et je suis tombé sur O’clock. Ce qui m’a fait basculer sur O’clock c’est clairement la dimension humaine qui dégouline de tous les côtés quand on traverse le site, les réseaux sociaux et les avis. La longueur du cursus m’a également intéressé, il était plus long et sérieux que dans les autres écoles que j’avais trouvées à l’époque et je pense que ça m’a rassuré.

Comment s’est passée ta formation ?

Mon Dieu, des points positifs, il y en a tellement ! C’était incroyable, honnêtement je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi bien. Bien sûr, la perfection n’existe pas, mais O’clock l’inventera peut-être. 🤷

Beaucoup de choses qui, à mon sens, pouvaient être améliorées l’ont été depuis 2018, j’ai suivi un peu l’évolution depuis la fin de ma formation et on voit qu’avec l’expérience, les cours et l’apprentissage ont évolué.

Mais je pense que ce qui n’a pas changé chez O’clock c’est qu’il y a vraiment la volonté de transmettre quelque chose et le faire dans l’humanité la plus totale et ça, c’était juste fantastique,  aussi bien au niveau de l’encadrement, des formateurs que de la promo. Il y avait tellement d’entraide et de bienveillance. Même dans les cours où je n’ai pas trop accroché, c’était quand même bien.

Comment as-tu préparé ton arrivée sur le marché de l’emploi ?

Je n’ai pas fait “grand-chose”. O’clock nous a expliqué les choses à mettre en place pour booster notre CV. J’ai donc créé un LinkedIn et j’ai invité des gens pour avoir des connexions dans le domaine du web, dans le dev, des recruteurs et recruteuses et ça m’a beaucoup servi pour avoir des entretiens.

Pour ma première expérience professionnelle, je n’ai pas eu le temps de vraiment chercher. Mon ami qui est, lui aussi, dev, me parlait de sa boîte et me vantait les mérites de son équipe. En fin d’année, je lui ai donc demandé s’il y avait possibilité de rejoindre l’équipe. Ça paraissait compliqué parce qu’à l’époque, je voulais faire de l’alternance après ma formation et eux voulaient embaucher en CDI.

En janvier, je suis revenu à la charge en leur disant que je ne souhaitais plus faire de l’alternance. Ils ont aimé ma motivation et ça valait le coup de me voir en entretien. J’ai fait un entretien technique où on a parlé de code et de veille.

Je n’étais pas au taquet sur tous les points, mais c’était normal, et je sais pour en avoir reparlé avec eux après, que ce qu’il leur a plus c’est que ça se voyait que j’aimais ce que j’avais appris. J’avais envie d’en faire plus, d’en apprendre plus, j’étais motivé quoi. Et du coup, j’ai été recruté. 💪

Je le dois à O’clock. Parce qu’en plus de donner des bases ils m’ont appris à apprendre et ça, je le garderai avec moi pour toujours.

Donc à la fin de l’apothéose, j’ai directement démarré comme développeur front chez Extia !

Ça ne t’a pas fait peur d’entrer en fonction avant même la fin de ta formation ?

Si, ça m’a fait peur, mais je savais que j’avais été bien formé. J’ai fait du Javascript et du React (big up à Tony). Donc je savais que sur React je pouvais me dépatouiller et l’entreprise le savait aussi, j’ai toujours été honnête sur mes compétences de toute manière. Il y avait donc pas mal de pression, mais je ne m’en faisais pas.

En faisant la formation avais-tu un projet pro déjà défini ?

Je me projetais à fond sur l’alternance, j’avais peur de ne pas être suffisamment prêt. Je suis plutôt de nature à me dévaloriser, donc je me suis dit que l’alternance était la suite logique,  j’aurais plus d’expérience et d’armes. Mais finalement je ne regrette pas d’être entré directement sur le marché du travail.

Quel était ton état d’esprit en commençant ?

J’étais excité. Comme beaucoup d’entre nous, j’ai eu le fameux syndrome de l’imposteur, je l’ai toujours eu et je pense que je l’aurai toujours. Je le ressentirai un peu moins quand je verrai débarquer dans mon équipe de jeunes dev et que je pourrai leurs apprendre quelque chose, mais on en est clairement pas là. Le truc, c’est que j’aurais pu être complètement dépassé par mes angoisses, mais il y avait tellement de trucs à faire, j’avais envie de faire mes preuves. Donc je n’étais pas concentré sur le fait de ne pas savoir faire les choses. Je n’ai pas travaillé sur le gros projet dès le début, j’ai dû apprendre de nouvelles technos. On a fait ça progressivement, j’ai eu le temps de rentrer dans le rythme de l’équipe et j’ai été super bien encadré. On y est allé progressivement, j’ai commencé à faire du Back 7-8 mois après ma prise poste.

Que penses-tu de la place des juniors de nos jours ? On a l’impression que c’est devenu un gros mot, pas toi ?

C’est vrai et je ne comprends pas pourquoi ! Moi, je trouve ça bête de ne pas parier sur eux.

D’autant plus que le temps et les ressources que les entreprises prennent à chercher un sénior, c’est du temps qu’ils auraient pu mettre à former un junior sur son produit et sa techno. Et comme elles auront investi dans leurs salariés, ils seront plus loyaux et attachés à eux.

Il faut que les entreprises s’adaptent, à l’heure actuelle ce qui pêche le plus d’après mes expériences personnelles, c’est le processus de recrutement.

Les recruteurs nous donnent des tests techniques et ceux qui comme moi sont en reconversion professionnelle via une formation comme O’clock ne sont pas forcément prêts à ça. Pour moi, donner ces tests est une mauvaise façon de recruter un dev. On demande aujourd’hui à un dev de réfléchir et ne pas pondre bêtement du code et tu ne peux pas savoir comment il réfléchit si tu lui donnes juste un test purement technique qui sera corrigé par des machines.

À l’inverse, après 1 an d’expérience, contrairement à un junior sorti d’école, tu es le roi du pétrole ! J’ai eu énormément d’offres à partir du moment où j’ai mis mon profil sur LinkedIn en “potentiellement intéressé par un poste” j’avais 3-4 messages par jours.

Comment ça s’est passé ta première expérience professionnelle ?

Globalement, c’était une bonne expérience, il y a eu des moments difficiles, plus à cause du relationnel que du code. C’était cool de faire du GraphQL, j’aimerais bien m’y remettre un jour, c’est une techno qui m’intéresse. J’ai aussi fait du Back, c’était une bonne chose d’y toucher pour comprendre ses problématiques et en discuter, et puis le produit de l’entreprise était très intéressant ! Le but est de faire communiquer les différents blocs métiers d’une SS2I. On automatisait le plus de trucs possible afin de faciliter leurs tâches.

Quelles étaient tes missions ?

J’étais en interne donc ce n’était pas vraiment des missions, le job de mon équipe était le maintien, enlever les bugs et améliorer toute l’interface de l’entreprise.

Et maintenant, que fais-tu ?

Je suis chez AB TASTY, qui propose une solution pour optimiser son site web, c’est principalement destiné au e-commerce. Le but, c’est de donner la possibilité à nos clients de faire des tests. Pour faire simple, on va récolter des infos de leurs clients de façon anonyme pour comparer différentes versions d’une page, d’un bouton, pour savoir ce qui est le plus efficace et ainsi prendre des décisions pour améliorer leurs sites web.

Mon job à moi, c’est la page de report, la page où on affiche tous les résultats, nous devons les mettre à disposition de nos clients de manière simple et visuelle, mais réussir à leur donner la possibilité d’avoir un niveau suffisant de détails pour qu’ils puissent jouer avec leurs données s’ils en sont capables et s’ils en ont besoin.

C’est un page très riche, ça va être très intéressant. J’adore ma boîte, il y a beaucoup de bienveillance.

Comment s’est passé ton intégration en entreprise ?

Je n’ai pas eu besoin de mise à niveau en termes de technos. J’ai quand même eu un temps d’adaptation dans ma nouvelle boîte parce qu’ils testent plus. Tous les composants sont testés contrairement à mon ancienne entreprise.

Je quitte une équipe qui est composée d’un lead dev, 6 dev, 1 designer et un product owner. Ils ont plein de petites équipes. Alors qu’aujourd’hui nous sommes 2 dev, un product manager, un designer et il nous manque un team lead et un dev back, donc c’est une organisation très différente. Mais il y a plein d’autres dev avec qui je vais pouvoir interagir.

Comme c’est une boîte de Tech, les dev sont au service de business et nous avons des objectifs qui sont relativement clairs. Ce que j’aime avec ma nouvelle boîte, c’est que je peux voir directement ce que je peux apporter et il y a plus d’ouvertures. Dans mon ancienne boîte, j’avais l’impression de faire du surplace en termes de technos, d’organisation, de produits. J’avais le sentiment d’être bridé.

La question qui tue : Tu te vois où dans 10 ans  ?

Wôw 10 ans, c’est trop loin ! 😆 Je n’en ai aucune idée. J’avais commencé à me former aux bases du Scrum, ça me parle beaucoup. Je voulais trouver un job un peu hybride de Scrum master et dev. Ça a l’air un peu compliqué donc je réfléchis, je ne suis pas trop sûr de vouloir prendre un risque.

À terme, puisque j’aime le contact, je pensais au métier de team lead ou team manager, pour garder un pied dans la Tech, tout en prenant un peu de recul. Ça me permettrait d’avoir de nouveaux problèmes à gérer, plus centrés sur le métier en lui-même, le produit et les équipes à manager. Il faut que je prenne du temps pour y réfléchir.

Un petit mot pour la fin ?

Un bisou à Frank, c’est grâce à lui qu’on a pu échanger ! Mes amitiés à toute l’équipe pédagogique et à la super promo Lunar ! Et merci à toute l’équipe O’clock, vous êtes vraiment géniaux ! ❤️