O’clock lève des fonds !

2021-10-20
Oclock-leve-des-fonds
Bon, on aurait aussi pu titrer “O’clock lève aussi des fonds”  parce que lever des fonds est presque devenu une banalité dans un secteur, celui de la formation, qui n’en finit plus d’accélérer et de se réinventer pour s’adapter aux défis historiques auxquels nous faisons face.

Mais pour celles et ceux d’entre vous qui êtes encore en train de lire cet article malgré la platitude extraordinaire de l’entrée en matière, rentrons un peu dans les détails pour voir ce qui se cache derrière la première levée de fonds de O’clock, 5 ans après notre lancement. 🎉

D’abord le montant : 4 millions d’euros. Si vous avez du mal à vous représenter le montant, faites comme nous, dites-vous que cela équivaut à 260.000 kg de raclette Richesmonts, à une ou deux vaches près. C’est pas rien, on est d’accord ! D’un autre côté, cela ne suffit pas à faire de O’clock une licorne raclettophage. Voilà, ça c’est dit.

Plus sérieusement, 4 millions d’euros, c’est exactement le montant dont nous avions besoin à ce stade de notre développement. Ni plus, ni moins. En ce qui nous concerne, on est donc plus que ravis parce que cette levée de fonds est à l’image de notre croissance : rapide et raisonnée.

Mais qui sont ces audacieux qui ont eu la bonne idée de confier 4 millions d’euros à une entreprise qui parle de licornes raclettophages dans l’annonce de sa première levée de fonds ?

  • Educapital 🙌 Il s’agit du premier fonds d’investissement à impact dédié au futur de l’Education et du Travail. Il a été fondé en 2017 par Marie-Christine Levet et Litzie Maarek.
  • Ring Mission 🙌 Le fonds à impact de Ring Capital accompagne les start-ups dont le cœur d’activité répond à un enjeu social ou environnemental. Il a été fondé par Geoffroy Bragadir et Nicolas Celier.
  • Bpifrance 🙌 On est soutenus depuis le tout début par Bpifrance et c’est formidable de voir que cet accompagnement s’inscrit sur la durée.
  • BNP Paribas et Caisse d’Épargne 🙌 Nos banques partenaires sur qui nous pouvons compter.

Au-delà des moyens financiers supplémentaires dont nous disposons, on est franchement fiers d’avoir réussi à réunir autant d’expérience et de compétences autour de O’clock pour nous aider à grandir tout en restant fidèles à nos valeurs et à notre mission sociale ! 🙏

Image ok confiance oclock

O’clock, avant la levée de fonds

Avant de lever le voile sur ce que nous voulons accomplir, attardons-nous quelques instants sur ce que nous avons déjà accompli :

  • Nous avons formé près de 3.000 personnes au développement web et nous en formons actuellement 1.000 par an, sur l’ensemble du territoire national et même au-delà !
  • Nous avons fait la démonstration qu’une formation 100 % à distance, accessible sans qualifications et qui forme de manière intensive à un métier technique, peut aussi tout à fait convenir aux publics éloignés de l’emploi. 60 % de nos apprenants sont demandeurs d’emploi avant d’entrer en formation, 60 % habitent en zone rurale et 50 % ont une qualification de niveau BAC ou infra BAC !
  • Malgré une volumétrie conséquente, nous avons réussi à maintenir un très haut niveau de qualité dans nos formations et cela se voit, par exemple, par le taux de satisfaction de nos apprenants compris entre 4,7 et 4,8 sur 5
  • Nous avons réussi à amorcer un changement de mentalités : de plus en plus de personnes prennent conscience que se former à distance n’est pas nécessairement une expérience “solitaire” mais qu’on peut aussi l’envisager de manière collective et synchrone, ce qui la rend nettement plus humaine et efficace. C’est ce que nous appelons le “téléprésentiel”. D’ailleurs, on ne s’envoie pas de fleurs là-dessus, mais c’est bien O’clock qui a introduit ce mot en 2016. Aujourd’hui, on ressent tout de même un peu de fierté quand on voit que de nombreuses écoles l’utilisent également ! Mince, mon petit bracelet de cheville vient de péter…
  • Fortement lié aux points précédents, nous avons démontré qu’il est tout à fait possible de proposer un parcours de formation engageant et 100 % à distance, car 97 % de nos apprenants vont jusqu’au bout de leur formation !
  • Nous avons aussi démontré que notre organisation interne 100 % en télétravail est totalement compatible avec une forte cohésion interne, l’émergence d’une véritable culture d’entreprise mais aussi un très faible turnover*. À ce jour, O’clock est probablement la première entreprise française à avoir dépassé le seuil des 100 salariés et fonctionnant 100 % en télétravail ! Pour ceux au fond qui prennent des notes : nous sommes très exactement 131.

*Là c’est Anthony qui parle et je tiens à préciser que “turnover” en langage non rooftopien, ça veut dire qu’il y a très peu de départs et de remplacements d’effectifs chez O’clock.

J’en profite pour m’adresser à nos apprenants et à l’équipe O’clock : si nous en sommes là aujourd’hui et que nous avons la liberté de rêver à un avenir dans lequel O’clock jouera un rôle encore plus significatif dans la démocratisation des métiers du numérique, c’est grâce à vous. 

Très tôt, et sans qu’on vous l’explique en long, en large et en travers, vous avez compris le téléprésentiel, notre vision du télétravail, notre manière de faire des choses très sérieuses sans trop nous prendre au sérieux. Bref vous avez compris, soutenu et adhéré à l’esprit O’clock ! Alors pour ça, on vous dit un TRÈS grand merci ! 

 

Mais jusqu’où irons-nous ?!

C’est une très bonne question. Je prends juste un verre d’eau avant de continuer et je vous réponds. En attendant, n’hésitez pas à vous régaler de ce petit bijou historique et culturel.

L’objectif premier de cette levée de fonds consiste à augmenter notre impact social. Pour l’atteindre, nous avons identifié 3 axes prioritaires.

Croissance raisonnée*

Aujourd’hui, il faut attendre plusieurs mois avant de pouvoir intégrer une formation O’clock, car la demande est très forte et le nombre de places disponibles est insuffisant. Nous allons donc travailler à augmenter le nombre de places de formation disponibles afin de pouvoir accompagner un plus grand nombre de personnes à entrer du bon pied dans le secteur du numérique.

Mais ce nombre de places disponibles ne va pas exploser du jour au lendemain, car nous devons simultanément structurer et faire évoluer chaque aspect de notre organisation afin de maintenir le niveau de qualité qui nous caractérise depuis le premier jour. C’est ce que nous appelons une croissance raisonnée et nous l’estimons à une moyenne de 40 % par an.

* Avec des slogans comme ça, je suis bon pour la présidentielle !

Dario président 1 oclock

 

Former ceux qui en ont le plus besoin

On parlait plus haut d’augmenter l’impact social. En d’autres termes, ça veut dire continuer à faire ce que l’on a toujours fait : ouvrir la voie du numérique à ceux qui n’auraient jamais pensé s’y engouffrer, dépourvus d’opportunités ou pensant à tort que cette voie leur était refusée.

Nous développerons donc de nouvelles formations en ciblant de nouveaux métiers, mais aussi des modalités adaptées et plus inclusives. Ce ne sont pas les projets concrets qui manquent sur ce point, mais on préfère se la jouer un peu mystérieux pour l’instant…


La transformation numérique inclusive, ça va pas se faire tout seul. 

Le numérique est inscrit dans notre ADN et O’clock n’a pas vocation à proposer des formations en dehors de ce domaine. Mais comme on aime ce qu’on fait, et qu’on veut partager, nous avons décidé de jouer un rôle actif auprès des acteurs de la formation (écoles, organismes de formation, etc.) pour les accompagner dans leur transformation numérique.

Cela passe notamment par la mise à disposition de Slippers, l’application innovante (tiens, le bracelet a recraqué…) de classes virtuelles développée par O’clock et qui peut dès à présent être utilisée par tout acteur de la formation. Slippers a été conçue pour permettre une expérience de formation humaine et engageante pour le plus grand nombre grâce à une conception avancée en matière d’accessibilité numérique.

Slippers est actuellement en version bêta et son utilisation est gratuite ! N’hésitez pas à nous demander une démo et à nous dire ce que vous en pensez, car c’est aussi grâce à vos retours que l’on pourra peaufiner notre technologie pour en faire la solution de référence en matière de formation en classes virtuelles. Bon, faut vraiment que j’arrête avec ces bracelets.