SEO : 10 bonnes pratiques pour améliorer le référencement de son site d’entreprise

2023-03-28
Si votre site ne figure pas sur la première page d’une recherche Google, il y a 75% de chance qu’il ne soit jamais consulté. Et comme pour tout, si l’on veut être dans les premiers, il y a certaines cases à cocher…

🔑 1 : Trouvez et listez les mots clés en rapport avec votre activité

Avant de se jeter à corps perdu dans l’optimisation de notre site web, il est primordial de connaître les expressions clés qu’utilisent nos potentiels clients.

Comment trouver les mots clés à utiliser ?

Le but ici, c’est d’identifier les mots clés que nos futurs clients utilisent déjà pour trouver des produits ou services similaires aux nôtres. Et pour cela, il existe un paquet d’outils gratuits : AnswerThePublic,  Ubersuggest, ou encore alsoasked.com. Il y en a aussi des payants, qui permettent d’avoir plus de données (volume de recherche mensuel moyen pour chaque expression, suggestions de mots-clés connexes, possibilité de lister les mots-clés des pages des concurrents…), comme : SEMrush, par exemple.

Et pourquoi est-ce si important ?

Tous ces mots clés vous permettront d’optimiser le balisage, la structure, ainsi que le contenu de votre site web. Et grâce à eux, vous pourrez mieux comprendre ce que recherchent réellement vos clients. Ce qui nous amène au point suivant…

🔎 2 :  Prenez en compte l’intention de recherche

Une fois qu’on a dégoté notre liste de mots clés, on va se questionner sur l’intention de recherche, qui est propre à chacun d’entre eux.

Mais l’intention de recherche, c’est quoi exactement ? 

C’est ce qu’attend l’utilisateur en termes de résultat lorsqu’il se rend sur un moteur de recherche. Et Google, qui s’avère être très fort pour déterminer ce qui répond aux mieux aux attentes de ses utilisateurs, va le prendre en compte pour déterminer les pages et typologies de contenus à mettre en avant.

Et comme les utilisateurs ne cherchent pas tous la même chose sur le web, il existe différents types d’intentions de recherche, à savoir :

L’intention commerciale : 

Dans ce cas, l’internaute recherche des informations sur notre service ou produit, avec l’objectif d’effectuer une transaction ou la réalisation d’une action (l’inscription en tant qu’étudiant dans notre cas).

On va prendre un exemple qui provient directement de notre école pour vous montrer à quoi cela peut ressembler :

formation développement web et accessibilité”.

SEO - Intention commerciale

L’intention informative : 

L’internaute ne va pas chercher un produit ici, mais une information. Ces types de recherches sont les plus courants sur le web. Mais même si vos visiteurs sont moins susceptibles de se transformer directement en client, avec ce type de recherches, cela peut vous placer en tant qu’expert sur votre sujet, et les inciter à vous faire confiance le jour où ils auront besoin de vos produits ou services. L’intention informative fait donc partie du sommet de l’entonnoir marketing.

Pour les recherches informatives, on retrouvera essentiellement des articles de blog ou encore des pages édito.

Exemple :

En découvrant qu’il y avait chaque jour des dizaines de personnes qui recherchaient “différence entre intégrateur web et développeur web”, on a rédigé l’article : Quelle est la différence entre un développeur web et un intégrateur web ?, qui nous a d’ailleurs placé en première position sur cette recherche Google.

L’intention navigationnelle ou de requête de marque :  

Ici, l’internaute sait déjà quelle marque, société, école… il recherche, il a simplement besoin de pouvoir y accéder directement, sans devoir taper l’intégralité de l’URL complète dans sa barre de recherche.

On retrouvera donc principalement des pages d’accueil, de produit ou de services spécifiques.

Exemple :

École O’clock

L’intention transactionnelle : 

Ce sont des recherches purement commerciales, celles qui ont le plus de chances d’aboutir à une conversion, puisque l’utilisateur cherche directement à faire un achat.

Pour ce type de recherches, on retrouvera le plus souvent des pages de services, produit, abonnements…

Exemple de mots souvent inclus dans les recherches transactionnelles :

  • Achat.
  • Devis.
  • Vente.
  • Pas cher.

Les requêtes mixtes :

Si l’on prend en exemple : “apprendre le développement”. Cela peut nous renvoyer à la fois vers des pages informatives, mais également vers des pages à vocation commerciales.

Et ensuite, on fait quoi ?

Une fois que l’on a cerné ce que nos futurs clients recherchent, on va vérifier si l’on a déjà des contenus pertinents, qui répondent le plus précisément à leurs demandes. Ce qui nous amène une fois de plus au point suivant.

✍️ 3 :  écrivez pour vos clients, et non pour Google

Les moteurs de recherche accordent une grande importance aux contenus de qualité. Il est nettement plus important de créer des contenus intéressants, informatifs et bien structurés, que d’essayer à tout prix de placer un maximum de mots clés inutiles. En plus d’être une perte de temps, cela peut nuire fortement à notre classement. Et oui, on ne trompe pas un moteur de recherche.

Une nouvelle fonctionnalité de Google, visant à protéger les internautes des contenus de mauvaise qualité pouvant nuire à leur vie ou à leur santé financière, a d’ailleurs vu le jour : les critères E.A.T.

  • E : expertise (expertise).
  • A : authoritativeness (autorité).
  • T : trustworthiness (fiabilité).

Ces trois critères permettent aux “Quality Raters” (employés de Google) d’effectuer des contrôles et notations pour offrir la meilleure qualité de recherche possible à ses utilisateurs.

Expertise :

Cette notion est l’une des clés du référencement naturel pour Google. Plus l’expertise du site est élevée sur un sujet, plus ses contenus auront de la valeur. C’est une forme de garantie vis-à-vis de la fiabilité des informations que l’on va trouver. On aura davantage tendance à faire confiance à un cabinet d’avocat réputé sur une question de droit, qu’à un blogueur inconnu qui donne son avis sans exercer ce métier.

Autorité :

La notoriété d’un contenu ou de son auteur a une grande importance dans le web. Elle est liée à l’expertise, mais peut tout aussi bien se développer en se faisant connaître via d’autres voies, comme les réseaux sociaux, par exemple.

Les “backlinks” (liens externes, dont on parlera plus tard) provenant d’autres sites ayant eux-mêmes une forte autorité, peuvent en donner à notre site. C’est souvent vu comme un gage de confiance en quelque sorte.

Fiabilité :

Il s’agit de la confiance que l’on peut accorder ou non à un site, et celle-ci va dépendre de deux choses :

  • La validité des informations : les contenus sont-ils crédibles ? L’expertise joue également un rôle important ici.
  • La sécurité : mes données (bancaires, médicales…) sont-elles protégées sur ce site ? Peut-on joindre quelqu’un en cas de problème ? …

4 :  Optimisez vos balises !

Nos balises de titre et de description apparaissent dans les résultats de recherche, ce qui veut dire que ce sont très fréquemment les premiers éléments que notre client va lire sur notre site web. Ils doivent donc être les plus attrayants possibles, et contenir les mots-clés qu’on aura sélectionnés pour répondre au mieux à ce que l’utilisateur souhaite trouver.

L’importance du titre :

Choisir un titre de qualité est essentiel, c’est ce qui va donner une idée rapide du contenu et de sa pertinence en fonction de la recherche de l’utilisateur. Dans la plupart des cas, c’est sur cet élément que l’internaute se base pour savoir s’il va cliquer ou non sur notre page.

📝 Pour utiliser la “balise title” à son plein potentiel, on devra systématiquement intégrer le mot-clé dans celle-ci, et veiller à ce qu’elle ne dépasse pas une soixantaine de caractères pour s’afficher sans être tronquée.

Une méta-description pour les convaincre tous :

La balise méta-description a pour but de fournir un résumé pertinent et court du contenu de notre page web. On doit réussir à informer l’utilisateur, tout en lui donnant envie d’en savoir plus, c’est un peu comme un pitch qui a pour but de lui faire comprendre que notre page est exactement ce qu’il recherche.

Même si les mots-clés présents dans la meta-description n’agissent pas directement sur le SEO, ils ont tout de même un gros impact sur le taux de clic. Ce qui n’est pas négligeable pour la visibilité de votre site web.

⚠️ Attention à ne pas dépasser la limite de caractères autorisée (environ 150).

Structurez vos idées :

Pour indiquer au moteur de recherche comment notre page ou article est structuré, on va utiliser des balises Hn, qui correspondent aux différents titres de nos contenus.

Exemple :

<h1>Titre de l’article</h1>

<h2>Titre 1</h2>

<h2>Titre 2</h2>

<h3>Sous-titre</h3>

Le choix de ces Hn est également l’un des moments où l’on peut intégrer soigneusement les mots-clés qu’on souhaite mettre en avant. Ce qui aura une grande importance pour le SEO.

⛓️ 5 :  Développez votre maillage interne

Le maillage interne, c’est le fait d’optimiser les liens présents sur notre site entre les différentes pages de celui-ci, en créant des ponts. Et ces liens, on peut les optimiser avec les mots-clés qu’on souhaite cibler pour développer notre visibilité.

Par exemple, lorsqu’on arrive sur notre page d’accueil “O’clock”, différents liens sont présents comme : “Découvrez nos formations”, et ainsi de suite. Ça nous permet de créer le chemin que nous souhaitons faire emprunter à l’utilisateur. Et le grand avantage du maillage interne pour le SEO, c’est qu’on peut se permettre d’optimiser très largement les liens vers d’autres pages avec des textes d’ancrage correspondant aux mots-clés ciblés.

6 :  Optimisez vos images

Les images peuvent ajouter un grand intérêt à notre site web, mais si elles sont mal optimisées, elles peuvent également faire ralentir le temps de chargement, et par conséquent donner envie à l’utilisateur d’aller voir ailleurs. Il est donc primordial de prendre le temps de les compresser en JPEG, PNG ou encore WebP, par exemple, pour obtenir un chargement rapide.

Mais ce n’est pas tout, il faut aussi penser à fournir un texte alternatif (Alt) pour chacune de nos images. L’ajout d’un texte Alt descriptif, qui coïncide avec le thème de notre page et utilise des mots-clés appropriés, va permettre d’améliorer l’accessibilité de notre site web. Il va également aider les navigateurs à mieux comprendre nos images, ce qui va participer partiellement au meilleur positionnement de notre page. Et c’est loin d’être tout, l’apparition de l’image en question lors de recherches “Google Images” peut aussi être un vecteur de trafic important sur certaines thématiques, notamment en e-commerce.

⚠️ Attention : il ne faut pas confondre “attribut Alt” et “nommage du fichier”, ce sont deux choses très différentes. L’image qu’on place sur notre site est déjà nommée*, et c’est une fois qu’on l’ajoute que nous allons rédiger un texte descriptif, qui sera notre attribut Alt.

*Cela dit, il est aussi important de renommer l’image avant de la télécharger. Une image qui s’appelle “Programme-Formation-Développement-Web.jpg” est nettement plus appréciable que “8h5h2j3jjhh0v5j8.jpg”.

⛓️ 7 :  Générez des liens entrants de qualité

Les liens entrants, aussi connus sous le nom de “blacklinks”, provenant de sites web de qualités sont une excellente façon d’améliorer son classement. Ils sont perçus comme des preuves de confiance.

Mais comment avoir des blacklinks ?

Il y a de nombreuses façons d’en obtenir, des gratuites, et des payantes. Mais pour démarrer, on peut très bien utiliser des pratiques assez simples, qui sont pourtant souvent négligées :

  • Solliciter ses partenaires commerciaux qui disposent d’un site web.
  • Proposer du “guest blogging”, pour prendre la parole sur des blogs de son secteur d’activité.
  • Capitaliser sur les sites locaux, institutionnels, qui mettent en valeur les entreprises locales (CCI, chambre des métiers, annuaires thématiques…)

Si vous souhaitez maximiser l’impact de vos liens, privilégiez les sites qui disposent eux-mêmes d’un bon positionnement, vous permettent de contextualiser votre backlink, et ne sont pas tournés uniquement sur la vente de liens.

Sylvain, Responsable webmarketing O’clock.

Un exemple ?

Ici, on va vous donner l’exemple d’un lien contextuellement optimisé si vous voulez obtenir des backlinks de qualité pour votre SEO.

8 :  Travaillez les critères techniques

Des critères techniques impactant le SEO, il y en a un paquet. Et pour y répondre correctement, il faut les confier à un développeur web.

Veillez à ce que vos pages soient accessibles :

Lorsqu’on met à jour ou modifie certaines pages de notre site, et qu’elles ne sont pas disponibles, il peut nous arriver d’oublier de rediriger nos utilisateurs vers d’autres pages ayant un contenu similaire. On a alors des 404 (pages indisponibles), ce qui crée directement des répercussions sur nos utilisateurs (frustration de ne pas avoir trouvé l’information convoitée) et notre référencement (temps inutile d’exploration mobilisé par les robots du moteur de recherche, ou encore perte de transfert de popularité entre les pages dans le cas des liens brisés en 404).

Utilisez des balises canonical :

Ces balises nous permettent de différencier nos pages de contenus proches, similaires ou dupliquées, en indiquant la page principale à explorer pour les robots du moteur de recherche. Grâce à ces balises, on ne sera donc pas pénalisé par d’éventuelles duplications de contenus internes.

Travaillez les données structurées et facilitez l’exploration de vos pages :

Les données structurées sont des informations intégrées dans le code source des pages de notre site. En les travaillant correctement, on va pouvoir afficher plus d’éléments dans les résultats de recherche, et par conséquent, développer sa visibilité dans les pages de résultats.

Pour les travailler avec efficacité, il faut veiller à ce que ces données soient bien présentes sur les pages stratégiques de notre site. Par exemple, si nous avons un site d’e-commerce, on pourra placer des données structurées de notation sur la page produit qui valoriseront la note du produit dans les résultats de recherche. On va aussi faire attention à ce qu’elles soient bien cohérentes avec le contenu de la page.

Pour vérifier la conformité de vos données structurées, vous pouvez utiliser Google Search Central.

En travaillant correctement chacun de ces critères techniques avec un développeur, vous pourrez améliorer la visibilité de votre site face à vos concurrents.

📱9 : Optimisez votre site web pour le mobile

Chiffres clés sur l’état du numérique aujourd’hui
Merci à “Hootsuite” et “We Are Social” pour les chiffres.

67,1% de la population mondiale utilise son téléphone mobile pour aller sur internet. Et depuis 2018, les crawlers (robots qui analysent notre site) regardent en priorité la version mobile des sites, on appelle ça le « mobile-first indexing ».

Il est donc primordial de travailler le rendu mobile de notre site web en priorité. Et si ça n’a pas été fait, on doit bien veiller à ce que les informations présentes sur desktop soient également disponibles sur la version mobile, le tout, en proposant une expérience agréable à l’utilisateur.

 🏆 10 : Surveillez votre classement

Une fois que chacune de ces bonnes pratiques SEO ont été mises en place, on va pouvoir observer ce qu’il se passe, en surveillant régulièrement son classement dans les moteurs de recherche.

Pour cette phrase d’observation, on peut utiliser différents outils comme Monitorank, qui est spécialisé dans le suivi de positionnement.

Mais cette observation doit être accompagnée d’une analyse, et de réactions, si l’on veut continuer d’améliorer le référencement naturel de son site web. On va alors prendre le temps de tirer des conclusions vis-à-vis de chacune de nos actions, et les réajuster pour s’améliorer encore et encore…