Laure, devenir développeuse web après la marine nationale

Communauté
9 avril 2019
Elle parle 3 langues, elle revient de 10 ans dans la marine nationale, elle porte des pyjamas Harry Potter en travaillant, Laure de la promo Lunar est en route pour devenir développeuse web !

Hello Laure ! Tout d’abord, merci de bien vouloir partager ton expérience avec nous. Avant de nous parler de ton futur métier de développeuse web, est-ce que tu peux nous faire un rapide retour sur ton parcours ?

Hello ! Pas de problème. Pour faire court, j’ai un BTS pour être secrétaire trilingue, je sors d’un contrat de 10 ans dans la marine nationale où je travaillais principalement dans l’administratif. Pendant 4 ans, j’étais opérateur informatique technicien réseau et hardware. C’est un métier qui ne m’a jamais trop intéressée car j’ai toujours préféré l’utilisation de l’ordi plutôt que le matériel technique, surtout en venant d’un milieu administratif. J’avais déjà fait une initiation au développement en autodidacte pendant mon BTS et j’en avais gardé un très bon souvenir.

future developpeuse web

Qu’est-ce que tu as pu travailler en autodidacte pendant ton BTS ?

Pendant mon BTS, c’était la grande époque des pages personnelles sur lesquelles on mettait tout et n’importe quoi, à l’époque je partageais en ligne les histoires que j’inventais. Je codais en HTML, CSS un tout petit peu de PHP mais je n’avais pas trop le temps avec les études. À la fin de mon BTS, j’avais 4h de transports dans Paris par jour donc plus le temps et je n’étais pas trop encouragée à cette époque.

Pourquoi t’être orientée pour devenir développeuse web avec O’clock et pas une école classique ?

À 32 ans, je ne me voyais pas retourner sur les bancs de l’école et j’avoue ne jamais avoir été très à l’aise dans le milieu scolaire. Je cherchais une formation plus axée sur la reconversion avec des personnes avec qui je pouvais discuter et pas seulement des jeunes de 18 ans qui sortent du lycée. La Wild Code School me faisait de l’œil mais le campus le plus proche était sur Marseille donc encore 4h de transport quotidien. Ce n’était pas possible, je n’aurais pas tenu, avec les retards SNCF dans le Sud …En me renseignant auprès d’agences web, elles m’ont renvoyée vers O’clock, j’ai parcouru en long en large et en travers le site et me voilà dans la promo Lunar !

Est-ce que tu trouves des points communs entre l’armée et O’clock alors ?

Ce n’est pas la rigueur qui manque, on est vachement encadrés, mieux que quand j’étais dans l’armée et dans le milieu scolaire. Les profs aiment vraiment leur métier, ça se sent. On est sur un pied d’égalité, il y a vraiment un échange différent des cours classiques ou de l’armée. Je ne ressens pas du tout ce que je ressentais à l’époque :« Le supérieur était plus haut gradé que moi, il savait et moi non. »

Finalement en 5 mois chez O’clock j’ai vu plus d’entraide et d’écoute qu’en 10 ans dans l’armée. Les valeurs pour lesquelles je me suis engagée à la base.

On va réfléchir à lancer des formations avec la marine alors ! Est-ce que tu as travaillé une nouvelle fois en autodidacte avant de commencer O’clock ?

Oui à partir du moment où j’ai décidé de partir là-dedans, même si je savais que je pouvais commencer la formation sans connaissance, je suis retournée sur Openclassrooms, j’ai fait tout le parcours HTML, CSS et un peu PHP et j’ai arrêté juste avant la rentrée. En 12 ou 13 ans, ça avait bien changé.

Dans nos premiers messages, tu m’as dit que tu voulais travailler à l’étranger, d’où ce choix de BTS. Est-ce que c’est toujours un projet pour toi ? Est-ce que le métier de développeuse web est une façon d’y arriver ?

Je pense que ça se fera … En tout cas, ça finira par se faire. Ayant vécu à l’étranger petite, j’ai du mal à concevoir le fait de rester dans le même pays. Je me vois bien vivre 10 ans au Canada et changer de pays. C’est sûr qu’il y aura des frayeurs mais ça forge le caractère.

Oui les voyages forment la jeunesse !

Et pas seulement la jeunesse regarde !

developpeuse web

Laure dans son élément naturel : pyjama Harry Potter, dessins de son formateur accrochés au mur et casque vissé sur les oreilles

C’est l’heure des confessions, d’après toi qu’est-ce qui est le plus sadique : un parcours du combattant ou un challenge de prof ?

Je dirais quand même le parcours du combattant mais surtout le confessionnal. J’avais une boule au ventre, j’ai dû tourner 15 fois chaque prise. Ce n’est pas évident, ça force à faire une introspection, savoir ce qu’on vaut et ce qu’on sait en restant honnête. J’ai beaucoup été rabaissée pendant ma carrière marine donc je travaille dessus, les habitudes ont la vie dure ahaha.

Quelle spécialité as-tu choisi pendant ta formation ? Est-ce que tu t’es informée sur le marché du travail autour de chez toi avant de choisir ?

WordPress ! Dans la région, il n’y a pas de recrutement de manière générale donc je vais forcément avoir beaucoup de trajet après le télétravail, ça va piquer. Dans d’autres régions il y a des postes en agence web, c’est vers ça que je voulais me rediriger dans un premier temps.

Tu as terminé ta formation, comment s’est passé ton projet final ?

Sincèrement, ça ne s’est pas passé aussi bien que je le pensais. Le travail d’équipe est difficile parfois. L’apothéose terminée, j’ai récupéré le projet pour le terminer ! Il est accessible ici. Ça reste un bon exercice et ça permet pas mal d’introspection “est-ce que je discute assez, est-ce que je suis assez à l’écoute”.

Et bien on dirait que ta reconversion t’apporte du positif de manière générale. Merci beaucoup pour ton temps et à bientôt !
O’clock, l’école de développement web nouvelle génération