O’clock s’engage pour l’inclusion numérique !

Mindset
8 novembre 2019
C’était la grosse nouvelle de la semaine dernière : O’clock est finaliste du Google Impact Challenge, concours qui rassemble les meilleures initiatives en matière d’inclusion numérique ! Faire partie des 10 finalistes parmi 250 candidatures, être assurés de remporter au minimum le prix de 150.000 € ou encore de pouvoir toucher le gros lot de 600.000 €, tout ça c’est super, mais finalement à quoi va servir tout cet argent et c’est quoi ce nouveau truc qu’on appelle Momentum ? C’est au tour de Dario de prendre la plume et de répondre à ces questions !

Pour comprendre comment nous en sommes arrivés là, il faut remonter en arrière de quelques années : 29 ans exactement. En 1990, Citroën arrête la production de la 2CV, on n’écrit plus « quarante deux » mais « quarante-deux », la toute première page web est publiée par le CERN et Retour vers le futur III sort au cinéma. Quelle année !

J’avais 7 ans.

La naissance d’une passion

Pour me redonner le moral, après une hospitalisation pour une opération bénigne, mes parents décident de m’offrir un ordinateur. Il s’agissait d’un Commodore 64. Pour charger les programmes on utilisait un lecteur de… cassettes. Mes parents l’ignoraient mais ce modèle était déjà dépassé et au bout d’une semaine à rembobiner des cassettes à chaque fois que le programme plantait, ils se décidaient à le ramener au magasin à et l’échanger contre un Amiga 500 flambant neuf ! Et c’est là que l’aventure a réellement démarré.

Oui, ce machin a déjà été "neuf".
Oui, ce machin a déjà été « neuf ».

Je ne l’ai compris que plusieurs années après, mais ce cadeau, choisi un peu au hasard par mes parents qui n’étaient absolument pas dans l’informatique, a eu un impact énorme sur ma vie. Grâce à cette machine, je me suis très rapidement découvert une véritable passion. Une passion qui a rythmé mon enfance et mon adolescence, m’a ouvert la voie de métiers formidables et qui est, encore aujourd’hui, le moteur de ma vie professionnelle !

Je considère que j’ai eu une chance incroyable. À la fin du collège, alors que la question de l’orientation commençait à devenir une préoccupation quotidienne pour mes amis, j’étais, pour ma part, déjà fixé depuis plusieurs années. À tel point que la décision radicale d’arrêter ma scolarité en début de classe de première pour me dédier à temps plein à l’apprentissage de l’informatique en autodidacte n’a eu aucune conséquence négative sur ma vie professionnelle. Attention, je ne vous dis pas d’arrêter l’école brutalement hein !

Combien de jeunes n’ont pas cette chance ? Combien de jeunes ne se découvrent pas une véritable passion qui pourra guider avec enthousiasme leur orientation, leur choix d’études et finalement leur début de carrière ? Combien de jeunes finissent par faire des choix par défaut qui les conduisent à des métiers par défaut ?


Des jeunes en quête de sens

Je ne l’ai jamais avoué à personne, mais lorsque je regarde des « Confessionnaux » de personnes voulant suivre la formation O’clock, j’ai très régulièrement les larmes qui me montent aux yeux. On a dû mal à s’imaginer combien de personnes, enfermées dans un métier qui ne leur plaît pas et qu’elles n’ont pas vraiment eu l’impression de choisir, se retroussent les manches et prennent des risques parfois importants pour remettre du sens et de la passion dans leur vie professionnelle. Quand on pense que durant nos 35 ans de vie active, en moyenne, on passe plus de 40% de notre temps éveillé à travailler, ça fait sacrément réfléchir à ce qu’on veut réellement faire de tout ce temps si précieux et trop fugace !

C’est en partant de ce constat que je me suis lancé pour défi, en 2012, de former au métier de développeur. Plusieurs expériences m’ont permis de comprendre réellement ce que je voulais proposer : pas juste un diplôme, pas juste des compétences. Non, un métier-passion ! Et de cette conclusion, en 2017, est née O’clock, une école pas comme les autres, animée par une équipe de formateurs passionnés qui se lèvent tous les matins avec un même objectif : transmettre un métier ET une passion.

Presque 3 ans et 1.000 développeurs formés plus tard, nous ressentons la nécessité d’aller encore plus loin. En effet, il n’y a pas que le métier de développeur dans le numérique. D’ailleurs, beaucoup de personnes ne se voient pas du tout s’orienter vers ce métier parfois jugé trop technique ou complexe. Le numérique regorge de métiers qui font appel à toutes sortes de compétences, y compris évidemment de nombreux soft skills, et qui peuvent convenir à des personnalités très différentes : designer UX/UI, référent en accessibilité numérique, community manager, référenceur, etc.

Des métiers du numérique, on en recense des dizaines ! Certains experts se hasardent même à dire qu’ils seraient près de 200. Parfois ils sont proches, parfois ils sont mal définis, parfois un métier en remplace un autre. Cet écosystème en plein essor est vivant et c’est aussi son charme ! Mais l’inconvénient c’est que le numérique est aussi une jungle à l’intérieur de laquelle trop peu de personnes osent s’aventurer. Ses métiers sont, au mieux, mal compris, au pire, complètement inconnus. Essayez de poser la question autour de vous : « Tu connais le métier de référenceur ? Et celui de designer UX / UI ? Tu veux un mouchoir pour essuyer le sang de tes narines ? »

Et puis au mois d’avril 2019, nous avons eu une idée saugrenue : pourquoi ne pas s’appuyer sur la passion que peut susciter le numérique comme on s’appuie sur la passion pour le sport pour faire naître des vocations, apporter une solution innovante d’inclusion sociale et aider des jeunes à trouver leur voie ?! Et pourquoi ne pas proposer ça sous la forme d’un parcours 100% à distance, en téléprésentiel, afin d’en maximiser l’impact et toucher des dizaines de milliers de personnes ?

À partir de là, l’idée de Momentum a commencé à se préciser…

C’est quoi Momentum ?

Momentum doit proposer des ateliers téléprésentiels d’initiation, entièrement gratuits, à un maximum de métiers du numérique, idéalement : tous. Chaque jeune, ou moins jeune, doit pouvoir s’inscrire en ligne à l’atelier de son choix. Chaque atelier couvre plusieurs métiers d’une même thématique (Le web, la création graphique, la programmation, l’intelligence artificielle, les jeux vidéo, la cybersécurité, etc.). Les ateliers durent de 3 à 5 jours, à temps-plein.

Il doit être possible de commencer par un atelier d’une thématique donnée et ensuite de poursuivre sur une autre thématique, et ainsi de suite jusqu’à trouver son métier de rêve. Ou bien d’arriver à la conclusion que les métiers du numérique ne sont vraiment pas faits pour vous ! Mais au moins, ce sera une décision prise en connaissance de cause.

momentum-project-mialchimp

Les ateliers doivent être animés par des professionnels experts ET passionnés, en téléprésentiel. Il ne doit pas s’agir de contenus vidéo enregistrés, mais bien d’ateliers interactifs par groupes d’une quinzaine de participants qui pourront interagir entre eux et avec le professionnel en temps réel, avec la même fluidité qu’en présentiel. Bon, sur ce point nous n’inventons rien car c’est exactement comme ça que fonctionnent les formations O’clock.

Une fois le bon métier identifié, Momentum doit proposer, en lien avec des partenaires, un accompagnement personnalisé en vue de consolider le projet professionnel et identifier des formations professionnalisantes qui permettront de se former au métier choisi. Cette étape d’orientation doit également être accessible 100% à distance.

Pourquoi s’inscrire au Google Impact Challenge ?

Alors que le projet se précise dans nos têtes, nous sommes tombés nez à nez avec un concours appelé « Google Impact Challenge ». Forcément, on est un peu intrigués ! En creusant un peu on apprend que le concours récompense les meilleures initiatives en matière d’inclusion numérique. Inclusion ? Numérique ? Mais c’est exactement ça Momentum ! Ni une, ni deux, nous soumettons notre candidature au début de l’été en décrivant le plus fidèlement possible le projet, notre feuille de route, nos valeurs ainsi que son modèle économique.

L’été passe, comme d’habitude beaucoup trop vite, les journées commencent à se raccourcir, et courant octobre nous apprenons la folle nouvelle : parmi 250 candidatures reçues, Momentum a été choisi par Google, en même temps que 9 autres projets finalistes !

Lorsque j’ai appris la nouvelle, mon sang n’a fait qu’un tour : Momentum est passé en l’espace de quelques secondes de l’état de joli rêve à l’état de projet concret et réalisable. Oui parce qu’en tant que finaliste du Google Impact Challenge, O’clock est déjà assuré de remporter un prix de 150.000 euros pour financer le démarrage de Momentum ! Mais bien entendu, hors de question de s’arrêter là sachant qu’il est possible de gagner jusqu’à 600.000 euros.

Que signifie pour Momentum le fait de gagner 600.000 euros plutôt que 150.000 ? C’est très simple et concret : plus le financement sera important et plus nous serons en mesure de couvrir un large spectre dans les métiers du numérique. Et c’est tout l’enjeu de Momentum de pouvoir initier à un nombre de métiers le plus grand possible.

Nous voilà donc dans l’arène, depuis le 30 octobre. La phase de vote du public a commencé. Nous avons 13 jours (plus que 5 jours à l’heure où j’écris ces lignes !) pour faire connaître Momentum au plus grand nombre et recueillir le maximum de votes sur le site du Google Impact Challenge.

Pour cela, nous nous appuyons évidemment sur nos partenaires mais aussi sur notre communauté d’étudiants et anciens étudiants qui a accueilli ce projet avec un enthousiasme impressionnant ! Finalement, c’était assez logique car, sans le savoir, c’était eux qui nous avaient donné l’idée de Momentum.

Dans quelques jours, le 19 novembre, nous serons à Paris, devant un jury impressionnant qui aura la lourde responsabilité de choisir les meilleurs projets.

Chez O’clock, nous sommes évidemment tous mobilisés pour atteindre ces objectifs. Mais nous sommes également sereins : cette formidable aventure du Google Impact Challenge nous aura permis de nous mobiliser avec passion et de recevoir une quantité phénoménale de soutiens et d’encouragements qui nous confirment que Momentum est un projet qui peut réellement changer des vies !

Et ça, finalement, ça vaut tous les concours du monde !